Ms. Kwansirinapa Thanawong a soutenu sa thèse intitulée "INTEGRATED ANALYSIS OF TECHNO-ECONOMIC AND ENVIRONMENTAL EFFICIENCIES OF PADDY RICE SYSTEMS IN THAILAND" pour obtenir le grade de "Doctor of Engineering in Water Engineering and Management", School of Engineering and Technology.

La soutenance a eu lieu le 12 September 2014 à 14:00 devant le jury composé de :

Dr. Sylvain Perret (Chairperson)
Prof. Mukand S. Babel (Co-chair)
Dr. Peeyush Soni (Member)
Dr. Rattanawan Mungkung (External Expert)

Clément Murgue a soutenu sa thèse intitulée "Quelles distributions spatiale des systèmes de culture pour limiter l’occurrence des crises de gestion quantitative de l’eau ? Une démarche de conception-évaluation sur le territoire irrigué de l’Aveyron aval » le mercredi 17 décembre à 14 h à l’INRA d’Auzeville, 24 Chemin de Borde Rouge, 31326 Castanet Tolosan, dans l’amphi Marc Ridet.

Cette thèse a été co-dirigée par Delphine Leenhardt et Olivier Therond à l’UMR AGIR de l’INRA Toulouse.

Le jury était composé de :

Marc Voltz (Rapporteur),
Michel Etienne (Rapporteur),
Olivier Barreteau (Rapporteur),
Jacques Wery (Examinateur),
Claude Monteil (examinateur),
Delphine Leenhardt (examinatrice),
Olivier Therond (examinateur).

 

Résumé :

Dans les territoires irrigués exposés aux crises de gestion quantitative de l’eau, la sévérité des étiages dépend des interactions entre systèmes de culture, situations pédoclimatiques, hydrologie, lâchers d’eau et restriction d’irrigation. Dans de nombreuses situations, l’absence de nouvelles solutions de stockage et les tensions entre gestionnaires et usagers de l’eau rendent nécessaire la planification des étiages. Mes travaux explorent le potentiel de « la gestion spatiale » de l’eau pour mettre en adéquation la dynamique des prélèvements pour l’irrigation avec celle de l’offre en eau disponible (naturelle et stockée). Je propose une méthodologie participative de conception-évaluation d’organisations territoriales des activités agricoles, déployée sur l’aval du bassin versant de l’Aveyron (800 km²), en trois étapes: (1) modéliser le système socio-agro-hydrologique, (2) concevoir des alternatives de distribution spatiale des systèmes de culture, (3) conduire une évaluation intégrée des alternatives face à la variabilité climatique observée. Ces travaux combinent des méthodes, connaissances et outils « hard and soft », et font usage de la plateforme de simulation multi-agent MAELIA. Le processus a permis de formaliser des visions d’acteurs et de poser les bases d’une concertation multi acteur. Cependant la simulation des impacts de ces alternatives a montré leurs limites pour régler le problème de déficit structurel en eau. Cette démarche pourrait être prolongée pour aboutir à des propositions opérationnelles.


Mots clefs : Agronomie du territoire, système socio-écologique, paysage agricole, gestion spatiale de l'eau, méthode participative, connaissance hybride, modélisation intégrée, modélisation multi-agent, modèle de comportement d'agriculteur.

Sothéa Hong a soutenu sa thèse intitulée "Optimisation des tours d'eau sur un réseau de canaux d'irrigation" le vendredi 11 juillet 2014 à 9 h 30, à Montpellier SupAgro, 2 place Pierre Viala, Montpellier, Cœur d’Ecole, Amphithéâtre 206.

Le jury était composé de :

Pierre-Olivier MALATERRE, ICPEF IRSTEA - Co-directeur de thèse

Gilles BELAUD, Professeur Montpellier SupAgro - Co-directeur de thèse

Olivier TEYTAUD, Chargé de recherche INRIA - Rapporteur

Ricardo ALIOD, Professeur Université de Zaragosse - Rapporteur

Rudy NEGENBORN, Assistant Professeur Université de TU de Delft - Examinateur

Roger MOUSSA, Directeur de recherche INRA - Examinateur

Céline HUGODOT, Directrice du Canal de Gignac - Invitée

 

Résumé de la thèse :

La plupart des réseaux d'irrigation gravitaire traditionnels, encore majoritaires dans le monde, distribuent l'eau aux parcelles agricoles à travers un réseau de canaux à surface libre. La distribution de l'eau sur ce type de réseau suit majoritairement le mode de distribution au tour d'eau et nécessite de définir un planning de manœuvre des vannes et un calendrier d'arrosage. La thèse propose une méthode générique permettant, de manière optimale, de les planifier ainsi que de définir en priorité des stratégies de modernisation d'un réseau afin d'améliorer et assurer la distribution. La méthode est basée sur la programmation linéaire en variables mixtes (MILP). Elle prend en compte des contraintes liées au système physique et aux enjeux de l'allocation et de la main d'œuvre. Cette méthode prend aussi en compte trois critères d'optimisation : l'adéquation, l'efficience hydraulique et la main d'œuvre, ces critères pouvant être pondérés pour tenir compte de priorités.

La méthode développée est testée sur un exemple, puis sur deux systèmes réels où les évolutions récentes ont profondément dégradé l'adéquation offre-demande, et où il existe des contraintes de main d'œuvre : le Canal de Gignac et le Domaine du Merle. La méthode permet alors de réduire fortement les volumes d'eau prélevés en tête de réseau mais non utilisés par les usagers, tout en assurant une très bonne adéquation offre-demande et un minimum de charge du travail du garde canal. Dans d'autres exemples, on montre qu'elle permet de bien identifier en priorité les vannes à automatiser et/ou les emplacements et les capacités des réservoirs tampons à mettre en place.

Mots-clefs :  canal à surface libre, irrigation, distribution d'eau, planification des tours d'eau, modernisation, optimisation

Julia DE FRUTOS CACHORRO a soutenu sa thèse intitulée "Gestion d'une ressource en eau souterraine sujette aux sécheresses : analyse des stratégies d'adaptation - Groundwater resource management subject to droughts: analysis of adaptation strategies",

 

Le 08 juillet 2014 devant le jury composé de :

Catarina ROSETA-PALMA, Professeure, ISCTE Rapportrice
Hassan BENCHEKROUN, Professeur, Université McGill Rapporteur
Alban THOMAS, Directeur de recherche, INRA Examinateur
Stefano FAROLFI, Directeur de recherche, CIRAD Examinateur
Francisco CABO, Professeur, Université de Valladolid
Mabel TIDBALL, Directrice de recherche, INRA Directrice de thèse
Katrin ERDLENBRUCH, Chargée de recherche, IRSTEA Examinateur Co-directrice de thèse

La thèse, délivrée par Université Montpellier 1, Faculté des Sciences Economiques a été préparée au sein de l’école doctorale d’Economie et Gestion de Montpellier (EDEG)
Spécialité : Sciences Economiques.

 

Résumé :

La gestion d’une ressource en eau souterraine utilisée pour l’irrigation est un phénomène dépendant de plusieurs facteurs et concernant différents acteurs (utilisateurs et gestionnaire). En cas d’aléa climatique comme la sécheresse, gérer une ressource devient un problème plus complexe. Il est justement important de mieux comprendre et d’anticiper les sécheresses car ils peuvent avoir des impacts significatifs sur l’activité économique agricole et sur les niveaux de la ressource. Pour cela, le type d’information dont disposent les utilisateurs et/ou les gestionnaire est essentiel. Dans les chapitres 2 et 3, nous analysons l’impact d’une sécheresse « hydrologique » sur la gestion optimale de la ressource, avant et après son arrivée. Dans le chapitre 2, nous montrons comment le gestionnaire de la ressource peut s’adapter le mieux possible à cette sécheresse selon l’information dont il dispose. Dans le chapitre 3, nous montrons que la prise en compte des interactions stratégiques et dynamiques entre les utilisateurs de la ressource entraîne une exploitation moins efficace de la ressource. Nous appliquons les modèles des chapitres 2 et 3 à l’aquifère La Mancha Occidentale au Sud de l’Espagne. Dans le chapitre 4, nous analysons l’impact d’une sécheresse « agronomique » sur la gestion optimale d’une exploitation agricole située dans la zone de la Beauce centrale, en France. Nous prenons en compte des informations de caractère hydrologique, agronomique et économique. En particulier, nous étudions l’impact d’une année sèche sur la valeur ajoutée de l’exploitation et sur la ressource en eau utilisée. De plus, nous nous intéressons au comportement stratégique que les agriculteurs peuvent avoir en année sèche, que ce soit sans ou avec restrictions des usages de l’eau. Nous montrons qu’une politique de régulation est nécessaire pour éviter la surexploitation de la nappe en année sèche.

 

Mots clés : Ressource en eau souterraine, agriculture irriguée, gestion efficace, sécheresses, stratégies
d’adaptation, comportement d’extraction, choix d’assolement.


GROUNDWATER RESOURCE MANAGEMENT SUBJECT TO DROUGHTS : ANALYSIS OF ADAPTATION STRATEGIES.
Abstract : The management of a groundwater resource used for irrigation is a phenomenon that depends on several factors and concerning various actors (users and manager). Moreover, the resource can be subject to droughts. In this case, the management of the resource becomes a more complex problem. Adaptation to droughts is important because they can have significant impacts on agricultural activity and on the water table of the resource. This adaptation hinges crucially on the information available to the manager and the resource users. In chapters 2 and 3, we analyze the impact of an hydrological drought on the optimal management of the resource, before and after its arrival. In particular, in chapter 2, we show how the manager can adapt as good as possible to this drought according to the nature of information he has. In chapter 3, we show that taking into account strategic and dynamic interactions between the users of the ressource leads to less efficient resource use. We apply models of chapters 2 and 3 to the aquifer Western La Mancha, in Spain. In chapter 4, we study the impact of an agronomic drought on the optimal management of a farm in the area of Central Beauce, in France. We take into account hydrological, agronomic and economic informations. In particular, we analyze the impact of a dry period on the annual benefits of the farm and on the groundwater resource level. Furthermore, we study optimal strategic behavior of farmers in a dry year, whether they are subject to water restrictions or not.We show that a regulation policy is necessary to avoid the overexploitation of the ressource in a dry year.


Key words : Groundwater resource management, irrigated agriculture, drought, adaptation strategies,
pumping behavior, choice of land use.

La soutenance a eu lieu à l'UNIVERSITÉ ABDOU MOUMOUNI DE NIAMEY (Faculté des Lettres et Sciences Humaines) pour obtenir le grade de
DOCTEUR ES Lettres - Discipline: GÉOGRAPHIE (Option Aménagement et Gestion des Espaces Ruraux).

Directeurs de thèse :
AMADOU Boureima et LEMOALLE Jacques
Jury :
M. YAMBA Boubacar Professeur Titulaire, UAM de Niamey Président
M. ATTA Sanoussi Maître de Conférences, CRA de Niamey Rapporteur
M. FAVREAU Guillaume Chargé de recherche, IRD/HSM-UM2, Montpellier Rapporteur
M. LAMOALLE Jacques Directeur de recherche émérite, IRD/ UMR-GEAU Montpellier Co-Directeur
M. AMADOU Boureima Professeur Titulaire, UAM de Niamey Co-Directeur

Résumé

Vaste étendue d’eau située au cœur du Sahel, aux confins de quatre États limitrophes (Tchad, Cameroun, Nigeria, et Niger), le lac Tchad constitue une aire d’activités socio-économiques cruciale dans la région. Cependant, ces activités sont très sensibles à la grande variabilité de la surface en eau du lac, gouvernée par les fluctuations interannuelles de la pluviométrie sur son bassin, affectant significativement les paysages et les ressources naturelles. Dans cette thèse, l’impact de la transition entre une phase humide (1950-70) et une phase de relative sécheresse (1973-présent) sur les activités en lien avec la ressource halieutique sont étudiées, en considérant plus particulièrement la cuvette nord (partie nigérienne) du lac Tchad.

Traditionnellement, les Boudouma ou Yedina, habitants des îles de la cuvette nord du lac, étaient essentiellement des éleveurs. La modernisation des techniques de pêche (filets en nylon, nasses), la monétarisation des échanges et la mise en place d'un marché important au Nigeria frontalier a conduit à une intensification de la pêche, qui est devenue l’activité dominante. Les populations autochtones ont alors été rejointes par des groupes allochtones en provenance d’autres régions du Niger (Haoussa, Zarma), du Nigeria, du Tchad, du Cameroun et du Mali, amplifiant ainsi le développement de la filière halieutique.

 

La variabilité de la surface en eau du lac, et notamment des assèchements répétés de la cuvette nord, ont entrainé de profondes modifications dans la pratique de cette activité. Bien que les différents groupes de pêcheurs aient développé des stratégies de subsistance différentes, celles-ci s’insèrent dans un schéma d’ensemble qui est marqué par une mauvaise gestion pour l’exploitation de la ressource. Aujourd’hui, cela se traduit par une altération latente des relations entre groupes de pêcheurs d'une part et contraint à envisager des pratiques tendant à réglementer l'exploitation rationnelle des poissons d’autre part.

Mots clés: Lac Tchad, ressources naturelles, partie nigérienne, pêche, adaptation.

Joana Guerrin a présenté sa thèse intitulée « Une inondation négociée ? Politisation d’un risque naturel sur le Rhône » lors du Vendredi Découvertes le 23 janvier, à 11 heures salle Mosson. Sa soutenance de thèse avait eu lieu le 11 décembre 2014 à l’université de Montpellier 1.
Cette thèse en science politique a été réalisée à l’UMR G-EAU
 
Direction : Julie TROTTIER
Encadrement : Gabrielle BOULEAU et Frédéric GRELOT
Résumé
Depuis les années 1990, un changement semble être intervenu dans les politiques du risque inondation en France. Les aménagements de protection qui prévalaient depuis le XIXe siècle ont été remis en cause et l’inondation a été requalifiée comme un phénomène inévitable voire bénéfique pour l’environnement. Les discours de politique publique relatifs à la culture du risque ont remplacé ceux présentant le risque inondation comme un enjeu de sécurité publique. Les instruments d’action publique ont également changé. Les aménagements visant à inciter les riverains à vivre avec le risque inondation ont succédé à la construction de digues de protection. Notre thèse questionne la portée de ce changement d’action publique dans le domaine du risque inondation à travers l’étude d’une politique territoriale sur le Rhône. À cette fin, nous retraçons la genèse d’un instrument d’action publique, la restauration de zones d’expansion de crues, dans les forums internationaux et européens. Nous rendons compte de la traduction de cet instrument opérée sur le Rhône par une coalition de réformateurs promouvant une nouvelle problématisation des inondations. Nous suivons les controverses qui se sont déployées autour de la mise en œuvre de cet instrument localement, qui sont autant de traductions concurrentes de ce dernier. Enfin, nous questionnons les effets de l’abandon de cet instrument sur la politique territoriale, sur l’institution qui l’a porté, et sur le changement d’action publique annoncé.
 
Mots-clés : action publique, inondation, politiques environnementales, changement, Rhône, France.
Voir la présentation et le résumé de la discussion ci-après :
Joana Guerrin a soutenu sa thèse intitulée « Une inondation négociée ? Politisation d’un risque naturel sur le Rhône » le 11 décembre 2014 à l’université de Montpellier 1.
 
Cette thèse en science politique a été réalisée à l’UMR G-EAU.
 
Direction : Julie TROTTIER
Encadrement : Gabrielle BOULEAU et Frédéric GRELOT
 
Résumé
Depuis les années 1990, un changement semble être intervenu dans les politiques du risque inondation en France. Les aménagements de protection qui prévalaient depuis le XIXe siècle ont été remis en cause et l’inondation a été requalifiée comme un phénomène inévitable voire bénéfique pour l’environnement. Les discours de politique publique relatifs à la culture du risque ont remplacé ceux présentant le risque inondation comme un enjeu de sécurité publique. Les instruments d’action publique ont également changé. Les aménagements visant à inciter les riverains à vivre avec le risque inondation ont succédé à la construction de digues de protection. Notre thèse questionne la portée de ce changement d’action publique dans le domaine du risque inondation à travers l’étude d’une politique territoriale sur le Rhône. À cette fin, nous retraçons la genèse d’un instrument d’action publique, larestauration de zones d’expansion de crues, dans les forums internationaux et européens. Nous rendons compte de la traduction de cet instrument opérée sur le Rhône par une coalition de réformateurs promouvant une nouvelle problématisation des inondations. Nous suivons les controverses qui se sont déployées autour de la mise en œuvre de cet instrument localement, qui sont autant de traductions concurrentes de ce dernier. Enfin, nous questionnons les effets de l’abandon de cet instrument sur la politique territoriale, sur l’institution qui l’a porté, et sur le changement d’action publique annoncé.
 
Mots-clés : action publique, inondation, politiques environnementales, changement, Rhône, France.
Page 36 of 43
FaLang translation system by Faboba
APT Logo fra      logo brgm web frlogo inraeLogo Institut Agro Mpl petit

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer