In the context of climate change and pressure on water resource, the issue of water savings in agriculture is becoming increasingly acute. At the European scale, agriculture is responsible for about 25% of total abstraction (EEA, 2009), with wide variations among countries. The European regulation, through the Water Framework Directive, aims at a sustainable management of water, and in particular water savings.

 

The conference focuses on scientific and technical questions linked with the water savings attainable through changes in irrigation system or management. It highlights scientific issues related to irrigation efficiency and productivity. From a technical point of view, it targets all irrigation systems (surface, sprinkler, localized irrigation), and scheduling tools as well. Water savings are considered both at transport (networks) and application (plot) level. They include the use of scheduling tools and methods.

 

Fore more information : https://watersaving.sciencesconf.org/

Download the flyers opposite

There is no translation available.

Vendredi 20 Septembre 2019 de 11h à midi, Marie Lusson et Christelle Gramaglia nous présenterons leur film de recherche, réalisé récemment et intiulé "SaltKrake – une histoire de résidus miniers / Saltkrake : A story of residues"

Suite à la projection nous proposerons une mise en discussion sur ces trois points :

- La place de la caméra dans le dispositif d’enquête ethnographique ;

- L’image comme objet de médiation complémentaire à l’article scientifique ;

- La question du sensible dans le récit.

 

SaltKrake – une histoire de résidus miniers

Résumé : Dans beaucoup de sites industriels ou miniers que nous avons parcourus dans le cadre de nos recherches, la pollution est majoritairement devenue invisible, régulée sinon empêchée, par la surveillance règlementaire. Parfois elle se rappelle au bon souvenir des riverains par une odeur, un panache inhabituel sorti d’une cheminée, des dépôts colorés sur les voitures ou le mobiliser urbain, mais généralement elle reste insaisissable par les sens seuls. Des instruments sont nécessaires pour la percer à jour, avec leur puissance de calcul, mais aussi leurs angles morts. Dans les ruelles des villes et villages de la Sierra minera de Cartagena, les conséquences de l’extractivisme qui s’est mis en place au cours du XXe siècle, sautent presque aux yeux. Les collines sont mitées par de très nombreux puits de mine et carrières à ciel ouvert devenues des lacs acides avec le temps. On y trouve aussi des amas de résidus miniers rougeoyants, gorgés de sulfures métalliques. L’envie de faire ce film, à l’issue d’une enquête socioéconomique classique, est née ces propriétés visuelles exceptionnelles, pour montrer et faire ressentir au-delà des mots imprimés… Si plusieurs équipes de scientifiques travaillent sur ce terrain pour étudier les risques environnementaux et sanitaires, la trajectoire de l’un d’entre eux a retenu toute notre attention. Il s’agit du scientifique et lanceur d’alerte José Matias Castejon qui est le seul à avoir suivi la piste des résidus des collines de la Sierra jusqu’aux espaces habités, et à avoir posé la question de leurs effets concrets sur la vie quotidienne des riverains. Il est aussi parvenu à démontrer que la question des résidus miniers n’était pas une question simplement technique, mais aussi et même surtout une question politique. "

 

Saltkrake : A story of residues

Abstract : The Sierra Minera of Cartagena is a former mining territory located in the South-East of Spain. If the extraction of lead started in pre-Roman times before stopping in the 1990s, the scars of the last decades of exploitation are the most visible. Minerals have long been extracted underground and artisanal, but in the 1950s, Penarroya bought most of the concessions and opened the first open pits. Technical innovations have led to the intensification of extractive practices, transforming the soil into a succession of holes, acid lakes and piles of reddish tailings. Today, the Sierra covers an area of ​​10 km2. There are about 80 piles of uneven-sized tailings, not rehabilitated. The erosion precipitates residues in the nearest towns and villages.

This paper/film/performance questions the fate of residues, whose toxicity has long been ignored, before being the subject of controversy, since a scientist analyzed dust samples taken from school yards then children’s nails and hair. With words and images, we retrace the trajectory of the alert which made it possible to understand residues dispersion as well as their transformation into salts that are particularly bioavailable. We experiment with what could be seen as a visual/sensitive "chemo-ethnographic" investigation, following residents on several fronts to 1. locate these efflorescence and make visible the threat they pose, and 2. Reflect on their politial existence, in a form and in places where their harmfulness is increased. We conclude with some ideas on survival in ruins of capitalism.

There is no translation available.

Le 19 Septembre 2019, sur le Campus Irstea, à 11:00 en salle Mosson, Eduardo Martins, Directeur de la Funceme (http://www.funceme.br/), présentera « Développement du "Moniteur de sécheresse" http://msne.funceme.br/, dispositif d'appui aux politiques publiques mis en place par la Funceme pour le Nordeste Brésilien ».

 

Résumé :

L'"observatoire des sécheresses" est le fruit d'une initiative pilote conduite par la Funceme et financée par la banque mondiale. Cette initiative s'inscrit dans le contexte de la sécheresse prolongée qui sévit dans le Nordeste depuis 2012.

Il consiste en la mise en place d'un processus multi-acteurs institutionnels de suivi régulier et périodique de la situation de sécheresse dans le Nordeste brésilien, dont les résultats consolidés sont diffusés par le biais de la carte du "Monitor de Secas". Des informations mensuelles sur la situation de sécheresse sont disponibles jusqu'au mois précédent, avec des indicateurs qui reflètent le court terme (3, 4 et 6 derniers mois) et le long terme (12, 18 et 24 derniers mois), indiquant l'évolution de la sécheresse dans la région.

Le processus est structuré autour de 5 étapes opérationnelles : collecte et traitement des données, intégration SIG, ébauche de carte, validation et publication. Chaque étape est réalisée par un ou plusieurs des acteurs du processus : Institution centrale (responsable de l'articulation, au niveau fédéral, des États, de la maintenance, de la collecte et du traitement des données), auteur (institutions responsables de l'analyse des données, de l'élaboration et de la publication de la carte et du récit), validateurs et observateurs (responsables de la collecte des informations de terrain et autres preuves pour valider la carte réalisée par l'auteur). 

Depuis 2017, l'Agence Nationale de l'Eau assure la fonction d'Institution Centrale, précédemment assurée par FUNCEME. Les 9 états du nord-est, Minas Gerais et Espírito Santo, sont les validateurs de l'Observateur et les états du Ceará (FUNCEME), Bahia (INEMA) et Pernambuco (APAC) sont les auteurs de la carte pour tous les états actuellement couverts par l'Observateur.
Les informations produites sont utilisées par les pouvoirs publics pour engager les actions d'appui de lutte contre la sécheresse, déclaration d'état d'urgence etc...

L'Observatoire intègre les connaissances techniques et scientifiques déjà existantes dans les différentes institutions étatiques et fédérales afin de parvenir à une compréhension commune des conditions de sécheresse, telles que leur gravité, leur évolution spatiale et temporelle, et leurs impacts sur différents secteurs. L'Observatoire facilite la traduction de l'information en outils et produits pouvant être utilisés par les institutions décisionnelles et les individus, afin de renforcer les mécanismes de suivi, de prévision et d'alerte rapide.

 

VENEZ NOMBREUX !

There is no translation available.

Vendredi 13 Septembre 2019 de 11h à midi, Philippe Roux nous présentera "Innovation autour du concept de "mix d’approvisionnement en eau (WSmix)": quelles applications pour optimiser la gestion de l’eau ?"

Résumé : Vous connaissez certainement le mix électrique ou énergétique (i.e. bouquet énergétique), qui est la répartition des différentes sources d'énergies primaires consommées dans une zone géographique donnée. Cette notion permet, notamment, de calculer tous les impacts environnementaux générés pour produire et distribuer 1kwH à la porte d’un citoyen, d’une entreprise ou d’une exploitation agricole (perspective cycle de vie - ACV). 

L’équipe ELSA, spécialisée en ACV vient de développer le concept de mix d’approvisionnement en eau (WSmix) qui est l’équivalent du mix électrique pour l’eau. Il permet d’évaluer les impacts environnementaux encapsulé dans 1 m3 d’eau à la porte des utilisateurs: impacts sur la ressource en eau, ainsi que ceux liés à la production et à la distribution (énergies + infrastructures). Le WSmix a été décliné en 3 versions pour les usages domestiques, agricoles et industriels.

L’introduction de ce concept est riche de potentialités pour la gestion de l’eau et sa présentation lors d’un vendredi découverte sera l'occasion d'un regard croisé avec les sciences sociales: venez nombreux pour contribuer au débat sur cette question interdisciplinaire ! … ce sera aussi l’occasion d’imaginer des collaborations sur ce thème entre Elsa et GEAU.

References:

Leão, S., Roux, P., Núñez, M., Loiseau, E., Junqua, G., Sferratore, A., Penru, Y., Rosenbaum, R.K.R.K., 2018. A worldwide-regionalised water supply mix (WSmix) for life cycle inventory of water use. J. Clean. Prod. 172, 302–313. DOI 10.1016/j.jclepro.2017.10.135 

Leão, S., Roux, P., Núñez, M., Loiseau, E., Junqua, G., Sferratore, A., Penru, Y., Rosenbaum, R., 2019. Prospective Water Supply Mix for Life Cycle Assessment and Resource Policy SupportAssessment of Forecasting Scenarios Accounting for Future Changes in Water Demand and Availability. Environmental Science & Technology 2019 53 (3), 1374-1384 DOI 10.1021/acs.est.8b04071

There is no translation available.

La promotion de la culture rhodanienne, de son patrimoine et de son identité est au cœur des politiques publiques associées au fleuve Rhône. En parallèle, le fleuve et les paysages qu’il façonne sont de plus en plus envisagés comme des vecteurs de valorisation et de développement territorial pour les collectivités riveraines.

 

logo rhonaveleau

 

 

© Matthieu Adam

 

 

 

 

 

 

 

rhonaveleau2 collardLa ViaRhôna, voie cyclable bordant le fleuve sur près de 815 km du Léman à la mer, a pour objectif de développer un tourisme dit de qualité en s’appuyant pour cela sur la promotion du patrimoine rhodanien. Cet accès facilité au fleuve pourrait contribuer à améliorer la connaissance du Rhône et à accroître la valeur qui lui est associée par le public et pourrait, de fait, justifier, à ses yeux, les actions menées pour le protéger.

© Photo : La ViaRhôna, Anne-Laure Collard

 

Les objectifs du projet de recherche RhônaVel’eau sont de :

 

rhonaveleau3 morardet

 

Définir qui sont les usagers de la ViaRhôna, qualifier leurs pratiques de la voie verte et déterminer leurs perceptions et leurs représentations du fleuve.

 

 

 

 

Les usagers de la ViaRhôna participent à la définition des scénarios qui seront proposés dans l’enquête économique. © Photo : Sylvie Morardet 

 

 

 

rhonaveleau5 collard Déterminer en quoi leur expérience de la ViaRhôna a pu modifier ces perceptions et représentations. Ces modifications ont-elles notamment des conséquences sur la valeur que les usagers associent aux projets de restauration du fleuve ?

 

Vue du Rhône depuis la passerelle de Rochemaure (vers l’amont). © Photo : Anne-Laure Collard

 

 

 

 

rhonaveleau4 morardet

 

Caractériser les enjeux que les acteurs de la ViaRhôna, selon leur mission, leur échelle et leur territoire d’intervention, associent au projet. Quelle est la place du Rhône et de son patrimoine dans ces enjeux ?

 

 

 

 

 

 

Un cyclotouriste à l’entrée de la passerelle de Rochemaure. © Photo : Sylvie Morardet

There is no translation available.

L'ouvrage "Comptabilité et société - Entre représentation et construction du monde" auquel plusieurs chercheurs G-EAU de l'équipe OGEA ont contribué, vient de recevoir le prix du meilleur ouvrage en management de la FNEGE.

 

Les travaux de G-EAU (Eggrickx A., Guérin-Schneider L., Domingo H., Colon M. and Camous B., 2018) dans cet ouvrage sont intitulés : "Méthodes extra-comptables pour rendre visible la valeur invisible du service public. Le cas de l'hôpital et des délégations de service public d'eau"

 

Pour en savoir plus : https://www.fnege.org/nos-prix/prix-du-meilleur-ouvrage/resultats-2019

There is no translation available.

La plateforme du domaine agricole du Merle dans la plaine de la Crau est une plateforme pédagogique et expérimentale spécialisée, entre autres, dans la gestion de l’eau. L'eau y est un intrant essentiel pour la production emblématique de la région (foin de Crau), et est donc porteuses d'enjeux socio-agro-techniques à diverses échelles (de l'exploitation aux collectifs d'usagers). La plateforme permet aussi de maintenir des activités sur les pratiques d’irrigation de surface, qui font rarement l’objet de travaux dans les plateformes techniques sur l’irrigation, alors qu’il s’agit d’une technique largement dominante au niveau mondial. Le Domaine du Merle permet également une ouverture aux enjeux territoriaux sur le bassin de la Durance et le territoire associé à la nappe de la Crau grâce à un partenariat fort avec les usagers de l’eau de la Crau.

 

There is no translation available.

La halle hydraulique de Montpellier Supagro, gérée par l’unité, permet l’étude des processus de transfert hydrauliques des échelles fines aux échelles des cours d’eau/réseaux de transport et distribution. Elle bénéficie de crédits CPER (Région Occitanie, Montpellier Métropole, Irstea et Supagro) pour l’acquisition de techniques d’analyse de pointe des processus élémentaires (imagerie haute résolution spatiale et temporelle), un banc d’essai des écoulements à surface libre et une architecture de supervision avancée. Le CPER en cours permet une ouverture vers les TIC à bas coût (ciblant le contexte agricole), un renforcement de ses capacités de simulation de stratégies de gestion/coordination à l’échelle de réseaux, des études plus complexes (par exemple en éco-hydraulique) sur les processus élémentaires à intégrer dans les modèles de gestion. La plateforme accueille des travaux de recherche (souvent en collaboration) de G-eau, Lisah, ITAP, HydroSciences. Elle est utilisée aussi en formation (master Eau, ingénieurs, licence, formation continue, masters étrangers).

 

There is no translation available.

Le projet SO-II vise à mettre en œuvre un système pluri-disciplinaire d’observation des impacts des inondations sur un territoire méditerranéen local. Ce projet a obtenu un financement MUSE-Montpellier Université d’Excellence (dans le dispositif thématique KIM WATERS) en 2019 pour évaluer la mise en place du système d’observation avec les chercheurs et partenaires du projet SO-II.
Ce projet s’inscrit dans la démarche de création de la Zone Ateliers CNRS « petits bassins côtiers méditerranéens ». Enfin, il participe à l’organisation d’un séminaire international à Montpellier sur l’observation des impacts des inondations.

cropped Lez mpl 

Le terrain d'étude du projet comprend le bassin versant du Lez, le Bassin de l’Or ainsi que leurs bandes littorales (département de l’Hérault, France). C’est un territoire dynamique, exposé à de multiples phénomènes naturels et avec des enjeux multiples. Sur la place de Montpellier, une communauté scientifique importante est reconnue sur la thématique de l’eau / inondations et il existe de nombreuses formations de niveau Master sur cette thématique.

Pour en savoir plus, connectez-vous au site du projet ci-contre...

Page 1 of 29

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer