Le prochain séminaire Unesco ICIREWARD-SHS aura lieu le vendredi 2 février de 10h à 12h en présence de Brian O’Neill, chercheur à l’University of Washington’s Evans School of Public Policy & Governance (Seattle, USA) et actuellement en accueil au LATTES (Paris).

 

Sa présentation intitulée : “Climate Adaptation for Whom? Paradoxes, Practices, Politics Surrounding Desalination in the American West and Beyond” sera discutée par Pierre-Louis Mayaux, chercheur en science politique au CIRAD, UMR GEAU.

 

Résumé :

Desalination (producing potable water from saline sources) is now a multi-billion industry, gaining notoriety globally as climate change threatens water supplies, especially for arid, urban regions. Desalting facilities are also increasingly “high-profile,” attracting tens of millions of dollars in public and private investment for any “large-scale” project, which has further brought water supply questions to the attention of national and international policymakers. After all, who doesn’t want more water? While survey data shows wide-ranging public support for this climate change adaptation technology, local conflicts have arisen regarding not only its ecological impact, but social concerns around inequitable regulatory procedures, unequal representation in decision-making, cost, and the unequal distribution of the water produced. This presentation builds off recent research, providing a synthetic treatment of the problems and politics that have emerged around this “new,” “unconventional” water supply, asking: for whom is this climate adaptation? Mobilizing ethnographic, interview, historical, and news-media archive data collected since 2019 that extends into the early days of the Cold War, the presentation reveals the transnational character of desalting. Working through the claims and policy narratives from sites across the U.S.-Mexico border, Arizona, and California reveals how policy coalitions (private sector, public sector, NGOs, and everyday people) are responding to this growing global industry. While some residents in California have rejected the practice, they do so based, not on “green thinking,” but a truly liberal environmentalism that mixes idealized notions of a market economy and environmental justice. In neighboring Arizona, policymakers attempt to resuscitate decades old plans for piping water from Mexico to metropolitan centers, an idea rooted in institutional path dependencies that, so far, have not solved the water supply question, but transform it into one about economic growth serving peri-urbanization. Finally, both cases also reveal transnational dynamics such that comparisons with other global localities are brought into the desalination discourse as a means of legitimating the industry that, as yet fail to address inequalities in use and access to water. The recent history of desalting suggests that even when it is “just another tool in the toolbox,” we must begin to ask about the extent to which it is taking an outsized place in water planning discussions to the detriment of more equitable, progressive options.

                           

Le format du séminaire est hybride.

Il aura lieu sur le site de l’UMR G-EAU, INRAE à Lavalette au 361 rue JF Breton, Montpellier, en Salle Aquadémie au RDC du bâtiment Confluence.

Un café d’accueil vous y attendra.

A distance, suivre le lien de connexion.

The Joint research unit G-eau, France, is accepting applications for a 6-month internship in hydrology. The subject will be centered around the assessment of impacts of irrigation infrastructure on hydrological processes and ecosystem service in the Crau region in the South of France, in the context of climate change. The exact research questions may be adapted to the profile of successful applicants. 

Subject Outline

Across the globe, irrigation systems fundamentally alter local and regional hydrological processes. The water requirements of the over 3.6 million km² of irrigated land make up roughly 70% of worldwide freshwater withdrawals. Irrigation modifies surface energy balances, biogeochemical processes, as well as land-atmosphere feedbacks (McDermid et al. 2023). These impacts can be observed extensively in areas where irrigation is indispensable to agricultural practices, such as the Crau region in the South of France (Bailleux et al. 2015). The Crau is well-known for its hay production, which is even protected by a high-quality label. To sustain production during the hot, dry summer months, grasslands are irrigated using an extensive network of canals and gravity irrigation. This type system, used in the major part of the irrigated lands worldwide,  has considerable impacts on local hydrological cycles and ecosystem services, by changing the spatial distribution of water resources and increasing evapotranspiration. The decreasing water availability for human activities questions the possible adaptations of these infrastructures (e.g., lining earthen canals or replacing them by pipes) and even their sustainability, questioning in turn the sustainability of the related ecosystem services (see e.g. Oyonarte et al. 2022).

The goal of this internship is to delve into the role of irrigation infrastructure in the water cycle in the Crau region, and to make links to larger-scale processes. The exact research questions can be defined by the student chosen for the position, but some general aspects that could be addressed include: 

  • How to detect irrigation infrastructure in the Crau using remote sensing
  • Assessing the role of vegetation surrounding irrigation infrastructure for evapo(trans)piration and infiltration using in-situ measurements and modelling approaches; assessing the effect of climate change on the identified processes
  • Assessing the distribution of water in irrigation canals when it is not actually used for irrigation, including the effects on ecosystems at the tail ends of canals. 
  • Harnessing and extending existing models of hydrological processes in the region, for instance those constructed in OpenFluid, or developing new approaches to model hydrological processes in the Crau 



Literature (selection of references):

Baillieux, A., Alcazar, C., Villesseche, D., Monière, C., Trolard, F., Bourrie, G., ... & Fénart, P. (2016). Groundwater resource management facing global changes: from the European Directive to the local action plan for the Crau aquifer (SE France). In 43. IAH Congress “Groundwater and society: 60 years of IAH” (pp. 915-p).

McDermid, Sonali, et al. "Irrigation in the Earth system." Nature Reviews Earth & Environment (2023): 1-19.

Orieschnig, C. A., Belaud, G., Venot, J. P., Massuel, S., & Ogilvie, A. (2021). Input imagery, classifiers, and cloud computing: Insights from multi-temporal LULC mapping in the Cambodian Mekong Delta. European Journal of Remote Sensing, 54(1), 398-416.

Oyonarte, N. A., Gómez-Macpherson, H., Martos-Rosillo, S., González-Ramón, A., & Mateos, L. (2022). Revisiting irrigation efficiency before restoring ancient irrigation canals in multi-functional, nature-based water systems. Agricultural Systems, 203, 103513.

Vandôme, P. (2023) Rendre l'innovation technologique accessible aux systèmes irrigués : co-conception, évaluation et implications de la low-tech numérique pour accompagner la gestion de l'eau en agriculture. PhD thesis, Institut Agro, Montpellier.

Keywords: irrigation infrastructure, hydrological processes, ecosystem services, evapotranspiration, infiltration, hydrological modelling, 

 

Working Conditions 

Supervision: Prof. Gilles Belaud (Institut Agro) & Dr. Christina Orieschnig (IRD) 

Duration: 6 months, starting in February/March 2024

Salary:  according to national rules for internships (around 600€/month)

Fieldwork: While the student will be based at the Institut Agro in Montpellier, fieldwork in the Crau region is expected. The temporal and spatial scale of the fieldwork ultimately depends on the exact research questions the student chooses to address. A field site belonging to the Institut Agro - the Domaine du Merle, an experimental farm - can serve as the basis of fieldwork operations. Irrigation experiments and in-situ measurements can also be carried out there, if necessary, and ground-truthing data for remote sensing approaches can be gathered. 

Applicant Profile

Ideally, applicants should:

  • be in the final year of their Master’s degree (the research might be continued with a PhD programme through a competitive application in 2024).
  • have a background in hydrology and/or agronomy 
  • have a thorough understanding of hydrological processes, from overland flow and ET to infiltration
  • be familiar with irrigation systems and their connection to agricultural practices  
  • have experience with remote sensing approaches 
  • possess knowledge of hydrological modelling approaches 
  • have experience with field measurements of different hydrological variables (eg. soil moisture, ET, …) 
  • have coding skills in scientific languages (Python, R, or C++) 
  • have a driving licence category B (for fieldwork) 
  • be independent, inquisitive, and willing to define their own research question, methodology, and work plan 

CDD Niveau licence ou M1/Assistant Ingénieur - Suivis, Analyses et Modélisation de réservoirs d’eaux usées traitées à des fins agricoles

Du 13 mai au 23 août 2024

 

Le contrat proposé s’intègre dans le projet Préservoirs « Preservation of water quality and control of organic micro-contaminants and micro-organisms in water reuse Reservoirs - Preserv’oirs » financé par Agropolis Fondation. Ce projet a deux objectifs principaux : (i) un travail expérimental dédié au suivi de substances d'intérêt (pesticides) et de micro-organismes dans des réservoirs de réutilisation des eaux dédiés à l'irrigation des vignobles (ii) un travail méthodologique visant à développer un premier modèle numérique capable de prédire la qualité de l'eau dans les réservoirs de réutilisation de l'eau pendant la saison d'irrigation (avril-mai à septembre), mais aussi pendant l’hivernage.

 

Missions 

La personne recrutée aura les missions suivantes :

  • Participer aux campagnes de prélèvement dans des réservoirs remplis avec des eaux usées traitées en Occitanie,
  • Réaliser des analyses de qualité d’eau en laboratoire,
  • Réaliser le transfert des échantillons pour les analyses qui ne peuvent pas être réalisées sur site,
  • Analyser les séries temporelles de qualité d’eau et de variables climatiques,
  • Participer à la modélisation du réservoir en collaboration avec le doctorant travaillant sur le projet (2 types de modélisations sont prévues dans le cadre de ce projet, l’implication du contractuel sur la modélisation est à définir en fonction de son profil et de ses compétences).  

 

Méthodologie

La méthodologie suivante est proposée :

  • Prise de connaissance du fonctionnement des réservoirs REUSE, des obligations réglementaires et des enjeux pour l’agriculture,
  • Prise en main du protocole développé spécifiquement dans le cadre de ce projet pour les prélèvements. Les analyses de qualité d’eau seront faites selon des méthodes standard.
  • Implémentation et paramétrisation (et éventuellement amélioration) de modèles préalablement développés à l’arrivée du contractuel. Analyses de sensibilité en fonction de l’avancement du projet.

 

Qualités et compétences requises

  • Profil recherché : fin de licence, master 1 ou niveau assistant ingénieur en sciences de l’eau ou sciences de l’environnement ou Agronomie ou Génie des procédés avec une appétence pour le terrain et les manipulations en laboratoire (le recruté sera formé sur place aux manipulations)
  • Qualités relationnelles et facilités de communication orales sont recherchées (travail en équipe)
  • Permis B (obtenu depuis plus de 3 ans) sera un avantage en vue du recrutement
  • Rémunération prévue selon profil (selon règles de l’établissement en vigueur)
  • Prise en charge des frais de déplacement et de mission.

 

Ce poste est basé à Montpellier. 

Durée : 3 mois et demi

Dates : Du 13 mai 2024 au 23 août 2024 (dates discutables au besoin)

Localisation : UMR G-EAU – 361 rue Jean-François BRETON – 34 090 MONTPELLIER

 

Pour des informations plus complètes sur le poste : cliquez ici

 

Contacts pour candidature

Pour les candidatures, veuillez écrire à Gabrielle RUDI (This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.), Carmelo JEAN-LOUIS (This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.) et Nassim AIT-MOUHEB (This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.) avec CV détaillé et lettre de motivation

Envoi des candidatures souhaité avant le 4 février 2024 au soir

 

Le 25 janvier 2024 à 10h00, Emmanuel Dubois interviendra lors du Séminaire de l'équipe PRECOS pour présenter ses travaux intitulés "Résultats du projet EVABIO : Mesures et compréhension de l’impact de jeux ludo-éducatifs à thématiques environnementales"

La présentation aura lieu en salle AVEN (Bâtiment Confluence) sur le site Hydropolis-Lavalette - 361, rue JF Breton - 34090 Montpellier.

 

Résumé :

Nous avons élaboré un protocole expérimental, relevant de la psychologie sociale et de l’économie expérimentale, pour mesurer et comprendre l’impact de jeux ludo‐éducatifs à thématiques environnementales chez les jeunes. Nous exposerons les différents résultats de l’expérimentation, en termes de changements d’attitudes explicites et implicites, de transformations des représentations sociales, d'accroissement des connaissances environnementales, ainsi que de l’effet des jeux sur les comportements pro-environnementaux. Nous discuterons également comment les interactions entre les joueurs peuvent contribuer à expliquer les résultats observés.

 

Pour en savoir plus, merci de contacterThis email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

La question de recherche centrale de cette thèse est : « Quel ensemble de mesures et d’indicateurs permettrait une évaluation des coûts et des bénéfices de la participation qui soit utile à la prise de décision et au pilotage de démarches participatives citoyennes dans le domaine de l’eau ? ».

La thèse s’appuie sur une analyse ex-post d’expériences passées de participation citoyenne dans le domaine de la gestion de l’eau en France et en Tunisie ainsi que sur l’instrumentation d’une démarche d’évaluation des coûts et des bénéfices de la participation et sa mise en œuvre dans un cas spécifique en Tunisie.

Cette thèse s’intéresse aux systèmes d'irrigation vietnamiens au prisme du « cycle hydro-social » (Budds et al., 2014), c’est-à-dire à travers la manière dont les relations de pouvoir guident les modalités de gouvernance de ces systèmes et la façon dont le pouvoir émerge et circule au sein des catégories d’acteurs qui les composent.

Pour notre dernier vendredi découverte de l'année, nous avons eu le plaisir d’accueillir le vendredi 22 décembre à 11H00, Stephan Abric de PRACTICA, qui, aux côtés de Jean-Louis Fusiller, a présenté le projet IRRINN ainsi que son mécanisme de financement novateur pour l'irrigation solaire destinée aux petits agriculteurs.

 

Titre : Financement novateur de l’irrigation solaire pour les petits agriculteurs.

2023 12 22 irrinn web © Photo : Stephan Abric de PRACTICA

 

Résumé : Au Burkina Faso, la petite irrigation connait une expansion significative dans les territoires où l’eau est facilement disponible (mare et aquifère superficiel). Elle peut être d’initiative individuelle ou d’un groupement d’agriculteur qui décide quand et où développer l’irrigation en choisissant les solutions les mieux appropriées à ses besoins.

En saison sèche (octobre à juin) lorsque l’accès à l’eau est permanent l’irrigation permet une production en continue de cultures maraichères. La diversité des cultures et des cycles de production assure un revenu continu tout au long de l’année, complémentaire à ceux de la riziculture, des cultures vivrières dépendantes de la pluie, de l’élevage ou du petit commerce.

Cependant, les petits agriculteurs sont confrontés à des contraintes qui limitent leur capacité à moderniser l’irrigation, malgré l’existence d’innovations prometteuses. Ces solutions sont souvent trop coûteuses ou mal adaptées, entravant leur adoption. Ces obstacles ne se limitent pas uniquement à des contraintes financières mais englobent des aspects techniques et sociaux.

Dans ce contexte, le projet IRRINN de recherche & développement, a réuni les acteurs de la petite irrigation (agriculteur, fournisseur de matériel, technicien agricole, financiers, chercheurs, etc.) autour de plateformes d’innovation dans quatre villages. L'objectif était de collaborer à la création de solutions durables adaptées au contexte local. Parmi ces solutions, le projet a mis au point un mécanisme de financement pour faciliter l'acquisition de kits solaires d'irrigation par les agriculteurs. Le projet accorde une subvention adossée à un remboursement différé de 24 mois accordé par le fournisseur installateur à l’agriculteur.

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche rassemblant une communauté de travail de 12 000 personnes, avec 272 unités de recherche, de service et expérimentales, implantées dans 18 centres sur toute la France. INRAE se positionne parmi les tout premiers leaders mondiaux en sciences agricoles et alimentaires, en sciences du végétal et de l’animal. Ses recherches visent à construire des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

Environnement de travail, missions et activités

Vous serez accueilli-e au sein de de l'UMR GEAU, placé-e sous l'autorité de la Directrice Adjointe INRAE de l'UMR GEAU et en relation fonctionnelle avec la responsable du Service mutualisé de gestion des unités (SMGU), chargée de l'appui aux unités INRAE du site de Lavalette sur les aspects finances et ressources humaines.

Vous serez plus particulièrement en charge de contribuer à la gestion administrative et budgétaire de la partie INRAE de l'UMR GEAU et occasionnellement pour des composantes GEAU des autres tutelles.

 

Vos missions seront de façon non exhaustive :

1) De manière principale :

Gestion des missions (c’est-à-dire des déplacements des agents) : établissement et suivi des ordres de mission, traitement des retours de mission, appui à l'organisation d'évènement impliquant des réservations en nombre (petits séminaires…)
Gestion des commandes : instruire et vérifier les demandes et gérer la commande avec les fournisseurs, suivre le service fait
Participer à la vie collective GEAU en assurant un soutien logistique de l'activité de GEAU (interlocuteur de proximité pour orienter les agents INRAE vers les collègues du SMGU, faciliter l'accueil des visiteurs dans les bâtiments de l'UMR, contribution à la gestion du courrier, petit soutien logistique sur l'organisation de réunion, gestion du matériel, mise à disposition des fournitures)

 

2) De manière secondaire (en appui aux personnes chargées de ces missions au sein du SMGU) :

Aider à la saisie et au suivi des données administratives, budgétaires et financières de l'unité
Aider à organiser, alimenter, mettre à jour des bases de données relatives à la gestion
Alimenter des tableaux de bord, faire des extractions dans les systèmes d'information administratif, financier
Répondre aux demandes d'informations des autres services et de l'extérieur
Sélectionner et diffuser de l'information en interne et en externe

Certaines de ces missions impliquent de vérifier la régularité administrative et financière des dossiers traités et de collecter et contrôler les pièces justificatives nécessaires aux opérations de gestion.

 

Relations internes et externes :

Unités : directeurs, personnels scientifiques, agents chargés de la logistique et de la prévention (principalement INRAE) et gestionnaires des 5 tutelles
Relations avec le SMGU : responsable du SMGU, agents du service notamment ceux en charge de l'appui à GEAU
Relations externes : entreprises, partenaires, autres établissements de recherche, etc.

Conditions particulières d’activité : réunions occasionnelles sur le campus de la Gaillarde, déplacements ponctuels.

 

Formations et compétences recherchées

BTS/DUT (Bac+2)

Formation recommandée : BTS de type gestion, assistance financière, comptabilité

Compétences attendues :

  • Etre organisé-e, savoir faire preuve de rigueur, et être fiable
  • Avoir des connaissances solides et de l'aisance dans l'utilisation des outils bureautiques
  • Savoir rendre compte à la direction et au chef de service
  • Etre capable de travailler en équipe
  • Faire preuve d'aisance relationnelle et du sens de la communication
  • Etre réactif-ve
  • Savoir s'adapter

Expérience appréciée : travail en contexte d'administration publique avec gestion des budgets publics

Votre qualité de vie à INRAE

En rejoignant INRAE, vous bénéficiez (selon le type de contrat et sa durée) :

-  jusqu'à 30 jours de congés + 15 RTT par an (pour un temps plein)
- d'un soutien à la parentalité : CESU garde d'enfants, prestations pour les loisirs ;
- de dispositifs de développement des compétences : formation, conseil en orientation professionnelle ;
- d'un accompagnement social : conseil et écoute, aides et prêts sociaux ;
- de prestations vacances et loisirs : chèque-vacances, hébergements à tarif préférentiel ;
- d'activités sportives et culturelles ;
- d'une restauration collective.

 

Pour en savoir plus : https://jobs.inrae.fr/ot-19437

!!! Date limite pour postuler : 15/01/2024 

Le séminaire ICIREWARD Unesco-SHS du mercredi 13 décembre  sur le thème : "Pollutions agricoles des eaux littorales : les savoirs en action" a permis d’écouter les travaux de Alix Levain et Magalie Bourblanc, discutés par Christelle Gramaglia (sociologue à l’UMR GEAU).

 

  • Alix Levain est anthropologue (CNRS, UMR 6308 AMURE).

Elle présentera « Au-delà du déni : les agriculteurs bretons et l’imputation des causes des marées vertes en Bretagne »

Bien peu de territoires échappent aujourd’hui en Europe aux pollutions agricoles diffuses, et à la polarisation très forte du débat public entre des positions critiques des systèmes de production qui les génèrent d’une part, et ce qui est souvent qualifié de « déni » des agriculteurs d’autre part. Comment aller plus loin dans la compréhension de ce qui se joue autour de ces pollutions pour les agricultrices et agriculteurs ? Comment comprendre la façon dont s’articulent leur expérience quotidienne des effets de ces pollutions et le sens qu’elles et ils leur donnent ? A partir d’une enquête au long cours dans trois territoires ruraux et littoraux touchés par les marées vertes en Bretagne, Alix Levain proposera d’historiciser cette expérience et de relire le « déni » des agriculteurs à l’aune de la théorie de la dissonance cognitive : les processus de réduction de la dissonance cognitive qui sous-tendent le rejet du lien entre pratiques agricoles et pollutions aquatiques constituent en effet un outil puissant de repérage et de description des tensions cognitives au sein des sociétés post-rurales. En ce sens, ils rendent possible une forme alternative d’appréhension des situations de controverse environnementale prenant en compte la complexité de l’expérience de l’écologisation.

 

  • Magalie Bourblanc est politiste (CIRAD, UMR G-EAU).

Elle présentera : « Mise en problème et mise en cause : Le rôle de l'expertise scientifique dans la mise à l'agenda politique des pollutions agricoles sur une lagune du littoral méditerranéen »

L’état écologique de l’étang de l’Or (Occitanie) est réputé être particulièrement dégradé depuis les années 1990. En dépit de l’existence de programmes d’action réglementaires ou volontaires depuis les années 2000, la reconquête de la qualité des eaux n’a pas permis d’obtenir, jusqu’à présent, de résultats probants, ce qui contraste assez fortement avec la success story de la lagune voisine de l’étang de Thau. Dans ce contexte, Magalie Bourblanc évoquera la manière dont le déploiement de savoirs experts contribue à la fois à la mise à l’agenda des pollutions agricoles et au traitement renouvelé de ces questions, notamment en permettant de dépasser, en partie, leur caractère diffus.

Vendredi 1er décembre 2023 à 11h00, Mahmoud MAAMR, doctorant en sociologie à l’université Moulay Ismaïl de Meknès (Maroc) a présenté ses travaux de thèse intitulés "Rapports de générations à la lumière des dynamiques agricoles et sociales dans les extensions agricoles des oasis ; Cas de l’oasis de Ferkla (Maroc)"

La thèse est effectuée sous la Direction de Zhour Bouzidi (UMI), Marcel Kuper (Cirad) et Pierre-Louis Mayaux (Cirad).

maamr © Photo : Mahmoud MAAMR 

Résumé :

Dès le début des années 1970, de nouvelles extensions agricoles commencent à émerger en lisère des anciens périmètres oasiens de Ferkla. De nombreux profils d’agriculteurs se sont venus s’installer en capitalisant sur un accès déverrouillé à l’eau souterraine, l’argent issu de la migration internationale favorisée durant les années 1960-70, ainsi que l’accès aux terres collectives partagées. Au cours des années, les conditions d’accès à l’installation dans ces extensions changent significativement. Les politiques migratoires sont devenues restrictives dès la fin des années 1990, l’eau souterraine s’est avérée de plus en plus rare, ainsi que l’accès à la terre n’est plus facilement ouvert en raison des prix et des restructurations de marché foncier. Paradoxalement, certaines opportunités sont offertes, particulièrement les généreuses subventions de l’Etat, l’encouragement des jeunes à s’organiser dans les coopératives de prestations de services agricoles ainsi que d’autres opportunités liées à l’évolution des nouvelles technologies de mobiliser les ressources et de commercialisation. 

Face à ce contexte paradoxal, les jeunes cherchent à contourner les contraintes pour saisir des opportunités. De ce fait, ils tendent plutôt à s’installer sur les exploitations déjà établies comme un fondement et chercher leur part des opportunités. Cela les amène à se cohabiter avec leurs aînés qui sont déjà installés dans les extensions. Au cours de cette installation conjointe, un processus de négociation des rapports entre les deux générations, jeunes et vielle, se met en place. En effet, mon projet de thèse s’intéresse à élucider le fonctionnement de ce processus ; les acteurs directs et indirects qui y sont impliqués, les moyens mobilisés pour la négociation ainsi que ses débouchés sur ces rapports eux-mêmes et sur l’agriculture oasienne. 

Page 2 of 43
FaLang translation system by Faboba
APT Logo fra      logo brgm web frlogo inraeLogo Institut Agro Mpl petit

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer