There is no translation available.

Le 08 avril 2022 à 11h - Wafa Koussani (INAT Tunis) Oussama Rhouma (ESI Medjez ElBab) nous ont présenté leurs travaux intitulés "Gestion de l’eau souterraine dans l’oasis de Jemna en Tunisie. Une analyse par l’économie expérimentale"

 
Résumé :
Les oasis en Tunisie présentent de nombreux enjeux socio-économiques et environnementaux liés à la dégradation des ressources en eau et aux dysfonctionnements institutionnels. L’Etat a délégué son rôle et a confié la gestion de l’eau d’irrigation de ces écosystèmes délicats aux groupements de développement agricole (GDA). Pourtant, les oasis restent, à ce jour, menacées par des problèmes de surexploitation de l’eau souterraine, notamment suite au phénomène croissant d’expansion de terres cultivées, autrement appelées « les extensions », en bordure des oasis dites « traditionnelles ». L’Etat se trouve alors face à un problème à double tranchant : limiter la surexploitation de la ressource et garantir une source de revenu aux habitants des zones oasiennes.  

Un projet financé par L’Institution Tunisienne de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur Agricoles (IRESA) (projet Innovation et Développement Economique, Social et Solidaire pour une oasis durable-IDES) a été lancé en 2021 pour une durée de quatre ans avec l’objectif d’analyser les systèmes oasiens en Tunisie et d’identifier des solutions innovantes pour une gestion durable des oasis. Dans le cadre de ce projet, une équipe d‘économistes étudie le comportement des agriculteurs de l’oasis de Jemna et, en utilisant l’économie expérimentale, teste l’efficacité et l’acceptabilité de différentes mesures de politique environnementale.

En profitant du passage à Montpellier de deux membres tunisiens de l’équipe, cette présentation fait état de la démarche scientifique en cours dans le cadre du projet IDES.

Voir la présentation

There is no translation available.

Le 18 mars 2022 à 11h François Molle a présenté le sujet suivant :  "Les vicissitudes de la gestion quantitative de l'eau"

 
Résumé :
La volonté de raisonner les prélèvements d’eau par rapport à la disponibilité de la ressource, mais aussi à ses fonctions environnementales, a conduit l’Agence de bassin Rhône-Méditerranée Corse (RMC) à mettre en place une gestion dite quantitative. Les Études Volume Prélevable (EVP) doivent définir les « efforts » demandés aux usagers sur la base d’une méthodologie scientifique hydrologique et écobiologique. La présentation examine comment la mise en œuvre de cette politique publique se confronte avec le terrain et ses « imprévus », comment les street-level bureaucrats se retrouvent pris entre l’enclume des usagers et le marteau du ministère et de l’Agence, et doivent négocier la norme. Les volumes prélevables étant justifiés par une approche scientifique dont l’application laisse à voir les limites il s’agit, en particulier, de la relativiser sans toutefois en saper la légitimité. Le processus de bricolage institutionnel et de négociation accompagnant la mise en œuvre de la gestion quantitative est mis en évidence.
There is no translation available.

Concept d'éco-efficience

Définition de l'éco-efficience comme l'efficacité économique d'une stratégie économe, dans laquelle le revenu lié à la production agricole est complété par une récompense financière calculée selon l'effort et le mérite de l'irrigant, qui lui valent également d'éventuels droits d'eau dérogatoires.
L'effort de l'irrigant est le fait de consentir à une irrigation déficitaire, traduite par un niveau de remplissage de la réserve du sol qui ne permet pas le développement maximal de la culture. Cet effort est d'autant plus méritoire (donc récompensable) qu'il survient en période de tension sur la ressource.  
Le caractère vertueux d'une stratégie d'irrigation est mesuré par son score d'éco-efficience, calculé d'après l'effort et le mérite de l'irrigant, dont certaines combinaisons sont récompensées financièrement.
Ces récompenses sont délivrées par le gestionnaire de la ressource, elles doivent être dimensionnées de manière à inciter aux économies d'eau, en compensant au moins partiellement le manque à gagner lié à des rendements sous-optimaux, mais sans inciter à ne pas irriguer du tout.

 

La présentation a eu lieu le 25 février 2022 à 11h00 sur le Campus de L'Institut Agro La Gaillarde

Pour en savoir plus, télécharger le document ci-contre

The SDG-pathfinding project aims to develop novel tools and capacities to understand and manage SDG interlinkages and support a sustainable development pathway for African countries that is adapted to local capacities and priorities.

Soil salinity corresponds to the accumulation of solutes in the soil, like sodium (Na+). This process is a major issue for agriculture and ecosystem processes of natural sites, such as Mediterranean salt marshes. 

 

photo web berteloot 1© Photo : Victor Berteloot

 

 

 

In these environments, soil salinization, associated with groundwater salinity, is linked to the dynamics of water transfers in the soil. Upward flows, linked to hydrological processes such as capillary rise, lead to an accumulation of solutes in the root horizon. Inversely, downward flows, linked to infiltration and percolation processes, allow a leaching of solutes from the soil and a reconstitution of the water stock, thus decreasing the concentration of solutes in the soil solution.

 

The fact that the specific and functional composition of plant communities is largely modified by soil salinity conditions, and in turn have an effect on these water transfers in the soil is the main hypothesis.

 

The chosen study site, the Castelou site (Narbonne, France) , is an old vineyard that has become a salt marsh and is managed by winter flooding.

 

The strategy implemented to describe the interactions is divided into 3 axes of work :

  • a characterization of the hydrodynamic and chemical properties of the soil and the saturated zone, coupled with a monitoring of the soil water content,
  • an analysis of the specific and functional composition of the plant communities according to the salinity and management gradient highlighted in axis 1,
  • the calculation of water and solute fluxes in the soil using a physics-based hydrological model and the proposal of a conceptual model of water-soil-plant interactions in the context of soil salinity.

 

Key words: Soil Salinity ; Salt marsh ; Mediterranean basin ; Water-soil-plant interactions ; Water and solute transport in soils ; Functional traits.

There is no translation available.

La nouvelle lettre d'information du réseau des observateurs d'impacts est lancée !

Cette lettre d'information intiulée “Les nouvelles du ROI” vise à informer régulièrement les membres de ce réseau des actualités et prochaines échéances du réseau.

Pour accéder à la version électronique de ce premier numéro, cliquez sur le lien suivant : http://so-ii.org/1er-numero-de-la-lettre-dinfo-du-roi/

There is no translation available.

Le bassin de Bouregreg au Maroc, est très peuplée, avec une agriculture intense et un climat semi-aride. L'irrigation s'étend sur la plaine et elle est assurée par les oueds, et par un pompage généralisé de l’eau souterraine qui connait un épuisement. Dans les conditions actuelles de diminution des précipitations, de diminution des apports des oueds et de l'augmentation de la demande en eau d'irrigation, l’eau souterraine est de plus en plus surexploitée et connait une baisse accélérée qui menace la durabilité de la ressource et de l’irrigation. Dans ce contexte, il est nécessaire de caractériser l’eau souterraine utilisée pour l’irrigation et évaluer sa durabilité.

La présente thèse a pour objectifs de délimiter les zones de recharge, d’identifier les sources de recharge (eau de pluie, oueds, retours d’irrigation), d’analyser les contaminant émergents dans les aquifères, et d’analyser la relation hydraulique entre l’amont (zone potentielle de recharge) et l’aval (zone d’exploitation). Les résultats obtenus serviront à évaluer la durabilité de la ressource en eau en identifiant les ressources renouvelables de celles non renouvelables, en étudiant les processus de recharge et d’écoulement, et en mettant en évidence l’évolution de la qualité des eaux souterraines du bassin.

 

Mots clés : recharge des eaux souterraines, qualité des eaux souterraines, ressources en eaux souterraines

 

In a context of increasing pressure on water resources, the search for better agricultural productivity of irrigation water leads to optimize watering schedules according to soil water conditions and crop development stages. Spatial remote sensing can now provide spatialized information in near-real time on soil and vegetation characteristics. In particular, radar data have shown great potential for estimating soil moisture. Similarly, optical data have been used for a long time to estimate vegetation parameters (leaf area index, biomass...). This information can be integrated in crop models to simulate in real time the evolution of the yield. The general objective of the thesis is to show how information from high spatial and temporal resolution remote sensing can be used to retrieve the water and vegetation dynamics of an irrigated area. The approach is based on experiments carried out on an irrigated cereal (maize) plot system, with spatial and ground observations with high temporal repetitivity, and the use of a crop model.

 

The first part of the thesis aims to evaluate the characterization of soil parameters (roughness and moisture) and vegetation by coupling radar remote sensing data in C and L bands (respectively Sentinel-1 and ALOS-2/PALSAR) and optical (mainly Sentinel-2). The coupled use of C- and L-band data will allow a better estimation of soil moisture due to a better penetration of the L-band radar wave in dense agricultural canopies. In addition, we should be able to jointly estimate soil moisture and soil roughness. The current availability of L-band data (ALOS2/PALSAR) and the planned launch of new L-band sensors (SAOCOM-1A and NISAR) gives this objective a strong scientific legitimacy. Vegetation parameters such as LAI will be computed from Sentinel-2 optical data.

 

The second component, conducted in parallel, will consist in the realization of a remote sensing module for the Optirrig crop model, developed at the UMR G-Eau (Montpellier) and involved in many academic and operational partnerships. The challenge of this component will be at least to carry out the forcing of observations obtained by remote sensing and if possible to go towards data assimilation in the mathematical sense (i.e. allowing a recalibration of the model parameters).

 

Key words :  remote sensing, Optirrig, irrigation, Sentinel-2, vegetation, LAI, soil moisture

 

schema these hamze

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 1: Illustration of the difference (E) between the LAI without irrigation (LAI0i) and the noisy one (vLAI) representing the LAI derived from remote sensing that allows us to identify evidence of irrigation between the Sentinel-2 images (ti)

Page 6 of 40
APT Logo fra      logo brgm web frlogo inraeLogo Institut Agro Mpl petit

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer