Alors que l’eau se raréfie, la désalinisation et la réutilisation des eaux usées traitées sont présentées comme des solutions techniques évidentes, conciliant le maintien d’un modèle productiviste et l’accès de tous à une ressource de qualité. Dans un numéro spécial de la revue Water Alternatives, plusieurs scientifiques, dont le chercheur en sciences politiques au Cirad Pierre-Louis Mayaux, prennent le contrepied de cette vision techniciste. A grand renfort d’études de cas, ils soulignent la nécessité de débattre collectivement de ces solutions et de leurs alternatives.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Vendredi 07 juillet 2023, Ons KAMMARTI, doctorante à L’Institut National Agronomique de Tunisie (INAT) – Université de Carthage, actuellement en accueil à G-Eau jusqu'à fin août 2023, nous a présenté ses travaux intiulés : Comment mesurer l’insécurité à l’eau des ménages raccordés à un branchement individuel ? Développement d’un instrument de mesure et application en milieu rural en Tunisie

 

Résumé :

Pour répondre à cette question, il est au préalable nécessaire d’en définir les contours. Nous adopterons la définition suivante : est en état d’insécurité à l’eau tout ménage soumis à des interruptions d'une durée supérieure à 24 heures par semaine au cours d'un mois typique, que ces interruptions aient été continues ou fragmentées et qu'elles aient été associées ou non à une mauvaise qualité de l'eau. À partir de cette définition, l’objectif de la recherche est de développer un instrument de mesure de cet état d'insécurité pour les ménages raccordés individuellement à un réseau hydraulique en milieu rural tunisien, de plus en plus fragilisés par des coupures fréquentes et prolongées ainsi qu'une qualité d'eau jugée médiocre. Nous nous appuyons pour cela sur des travaux antérieurs et procédons en conduisant des analyses qualitatives et quantitatives réalisées à partir de deux enquêtes successives auprès de ménages. Le résultat final prend la forme d'une échelle composée de 5 éléments.

Pour la première fois dans l’histoire de l’hydrogéologie, un phénomène d’inversac sous-marin a été observé, mesuré et quantifié pendant toute sa durée par des équipements dédiés avec la collaboration d’Antea dans la lagune de Thau au niveau de la source de la Vise. Il a été également expliqué et modélisé (cf les nombreux rapports publics dont les liens sont sur le site mentionné ci-dessous).

Jean-Christophe Maréchal & Claudine Lamotte, cheffe du projet Dem’Eaux Thau pour l’équipe du projet (Bernard Ladouche, Vivien Hakoun, Coralie Ranchoux, Benoit, Dewandel, Vincent Bailly-Comte).

 

Les vidéos présentant le projet Dem’Eaux Thau et ses enjeux pour le territoire sont sur le site du projet ici :

https://www.brgm.fr/fr/reference-projet-acheve/dem-eaux-thau-gestion-ressources-eau-souterraine-a

La vidéo 2 explique le phénomène : https://youtu.be/v4yL7uvGg_E

 

Une approche renouvelée des aménagements de bas-fonds pour une mise en valeur durable : bilan d’une expertise régionale coordonnée par l’unité GEAU du CIRAD pour le COSTEA/AFD et le CILSS/PARIIS

J-L.FUSILLIER, Georges SERPANTIE, Thomas HERTZOG, Amandine ADAMCZEWSKI

Le vendredi 23 juin 2023 à 11h00, Magali Aubert et Pascale Morin ont présenté leurs travaux intitulés "Processus de mise en conformité de vos traitements avec les exigences règlementaires du RGPD : Pourquoi sommes-nous concernés ? Comment répondre à ces exigences ?"

Cette présentation entre dans le cadre du printemps de la donnée, un événement organisé par l’INRAE pour les chercheurs.

 

Résumé : Le RGPD – Règlement Général sur la Protection des Données - est un règlement européen qui s’impose à toute personne qui collecte des données dites à caractère personnel et qui les traite en Europe depuis 2018. La plupart des recherches scientifiques sont concernées par ce règlement. L’intervention de Mme Morin et Mme Aubert vise à sensibiliser les agents à ce règlement, à en comprendre les enjeux et à le caractériser à travers les mots clés qui le structurent. Leur intervention est structurée en deux temps. Après une partie introductive sur la sensibilisation au RGPD, elles déclineront le processus de mise en conformité de vos projets ou activités de recherche conformément à ces exigences. Cette intervention, qui pose les bases du RGPD et de ses impacts règlementaires sur votre activité au quotidien, se veut appliquée et participative. 

 

Au mois de mai, Christian Leduc a participé à l'atelier international "HAMRAVAT SUYU : AMİD(A) SUKEMERİ VE KENTSEL GELİŞİMDEKİ ROLÜNE DİSİPLİNLERARASI BİR YAKLAŞIM", soit "L’EAU DE L’HAMRAVAT : UNE APPROCHE INTERDISCIPLINAIRE DE L’AQUEDUC D’AMID(A) ET DE SON RÔLE DANS LE DEVELOPPEMENT URBAIN".

Il y a présenté une communication intitulée “Hamravat Suyunun Hidrojeolojik Bağlamı / Le contexte hydrogéologique de l’Hamravat”.

Sylvain Massuel a soutenu son Habilitation à Diriger des Recherches (UM -GAIA) intitulée "Les ressources en eau souterraine et leurs évolutions : enrichissement des approches hydrogéologiques par la pratique interdisciplinaire"

L’exposé a eu lieu le lundi 5 juin 2023 devant le jury composé de :

Olivia Aubriot                 Chargée de recherche, CNRS-CESAH, Membre

Christophe Cudennec Professeur des universités, Institut Agro Rennes-Angers, Rapporteur

Yanni Gunnell                 Professeur des universités, Université Lumière Lyon 2, Rapporteur

Patrick Lachassagne     Directeur de recherche, IRD-HSM, Membre

Valérie Plagnes              Professeure des universités, Sorbonne Université, Membre

 

Résumé :

Mon dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches retrace près de 20 ans de recherche en hydrogéologie. J’y décris et analyse mes principaux travaux à la lumière d’une expérience acquise sur des terrains très divers et au sein d’organismes de recherche aux objectifs et pratiques bien différenciés. M’intéressant aux évolutions des ressources en eau souterraine, il m’a semblé nécessaire d’orienter ma réflexion sur les contributions les plus originales, consistant au développement d’approches interdisciplinaires pour concevoir les relations eau-sociétés. Je fais ressortir au fil de mon analyse la progression méthodologique dans ma manière d’appréhender les évolutions des stocks d’eau dans les aquifères. Initialement biophysiques et hydrocentrées, mes approches s’orientent désormais vers le croisement des disciplines pour mieux comprendre les moteurs de ces évolutions et les relier aux questions de gestion de l'eau.

Vendredi 30 juin 2023 à 11h00, nous avons assisté à une présentation intitulée "Une approche renouvelée des aménagements de bas-fonds pour une mise en valeur durable.  Bilan d'une expertise collective coordonnée par GEAU"

Ces travaux ont été menés par J-L. Fusillier, Georges Serpantié, Thomas Hertzog, Amandine Adamscewski,

 

Résumé :

Les bas-fonds des régions soudanienne et sahélienne sont un milieu convoité pour une mise en valeur agricole car ils concentrent des ressources en eau et en sols fertiles. Ce sont des zones humides au potentiel de production intéressant pour la riziculture et le maraichage, mais qui rendent également des services écosystémiques tels que la régulation des écoulements, le pâturage et l’abreuvement des troupeaux en saison sèche, l’hébergement d’une riche biodiversité, la présence de lieux sacrés...  De nombreux programmes d’aménagement ont été mis en œuvre depuis les grandes sécheresses des années 70 et 80 et se poursuivent notamment dans le cadre de l’« Initiative pour l’Irrigation au Sahel ». Les résultats souvent décevants de ces programmes, la faible durabilité des réalisations ont suscité le besoin d’un renouvellement des approches de conception des aménagements de bas-fonds. Le nouveau contexte de changement climatique et de pression croissante sur les terres milite également pour une évolution des projets.

Le COSTEA, en collaboration avec le PARIIS, a ainsi lancé une expertise collective sur les méthodes de diagnostic pré-aménagement des bas-fonds. Un consortium a réuni des institutions de recherche (Cirad, IRD, IER, INERA, Université de Niamey) et des bureaux d’études (INSUCO, Hydro-Consult Services) pour réaliser 6 études de cas au Burkina Faso, au Mali et au Niger en accompagnement d’aménagements en cours de conception et de réalisation dans le cadre du PARIIS.  Les enseignements méthodologiques de ces études ont été présentés au cours d’un atelier régional tenu à Ouagadougou les 14 et 15 mars 2023 avec les maîtrises d’ouvrage, partenaires techniques et financiers, et experts des aménagements de bas-fonds.

 

Page 4 sur 43
FaLang translation system by Faboba
APT Logo fra      logo brgm web frlogo inraeLogo Institut Agro Mpl petit

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer