L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche rassemblant une communauté de travail de 12 000 personnes, avec plus de 200 unités de recherche et 42 unités expérimentales implantées dans toute la France.

 

Missions et Activités

Vous serez accueilli(e) au sein de l’équipe OPTIMISTE (Optimisation du Pilotage et des Technologies d’Irrigation – Optimisation des Intrants, Transferts et Environnementaux) de l’UMR G-EAU (Gestion de l’Eau, Acteurs et Usages), basée à l’antenne régionale d’INRAE-Montpellier.

 

Les objectifs du stage sont de (1) caractériser les flux d’eau dans le sol des systèmes irrigués en aspersion vs goutte-à-goutte enterré en grande culture conduite en labour conventionnel vs ACS, dans les conditions expérimentales de la plateforme agronomique de Lavalette en 2023, (2) comparer les résultats du bilan hydrique avec les résultats des années précédentes et, (3) valider le modèle de cultures Optirrig ACS pour la simulation de la transpiration de la culture et le calcul de l’efficience globale d’irrigation.

 

Vous serez plus particulièrement en charge de :

  • Travaux de terrain : mise en place de l’instrumentation sur les parcelles, suivi de l’irrigation en aspersion et goutte-à-goutte enterré (dates et doses).
  • Suivi métrologique de la croissance (mesures d’indice foliaire) de la culture, de l’état hydrique du sol (humidité, tension), des propriétés hydrodynamiques du sol (densité apparente, résistance à la pénétration, conductivité hydraulique), des flux d’eau (stock d’eau dans le sol, drainage, évaporation du sol et infiltration).
  • Analyse des données : analyse critique des protocoles appliqués et des résultats obtenus.
  • Utilisation du modèle Optirrig : un test de robustesse de la version ACS du modèle de culture Optirrig sera réalisé avec des résultats du terrain des campagnes précédentes afin de valider la simulation des scénarios d’irrigation dans le contexte de l’ACS. Le modèle permettra de simuler la transpiration de la culture (flux faisant partie du bilan hydrique) qui sera utilisée pour le calcul de l’efficience globale d’irrigation.
  • Contribution ponctuelle à la réalisation de travaux de terrain, dont des prélèvements de sol.

 

Conditions particulières d’activité : tâches physiques de terrain (mise en place des équipements hydrotensiométriques, travaux dans les champs, horaires de travail décalés certains jours pour les mesures d'indice foliaire).

 

Profil recherché :

  • Formation recommandée : Master 2 en agronomie, ou césure
  • Connaissances souhaitées : systèmes conduits en agriculture de conservation, irrigation
  • Aptitudes recherchées : goût pour le travail en équipe (encadrants et autres stagiaires présents sur la plateforme agronomique) ; goût prononcé et aptitude pour les travaux de terrain ; esprit de synthèse, capacité rédactionnelle ; autonomie et rigueur

 

Pour en savoir plus sur l'offre de stage : cliquez ici

 

Pour candidater :

Transmettre une lettre de motivation et un CV à :

 Cyril DEJEAN  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

07 85 58 93 95

Et

Jean-Marie LOPEZ  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

04 67 04 63 65

 

!!! Date limite pour postuler : 31/12/2022

 

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche rassemblant une communauté de travail de 12 000 personnes, avec plus de 200 unités de recherche et 42 unités expérimentales implantées dans toute la France.

Vous serez accueilli(e) au sein de l’équipe OPTIMISTE (Optimisation du Pilotage et des Technologies d’Irrigation – Optimisation des Intrants, Transferts et Environnementaux) de l’UMR G-EAU (Gestion de l’Eau, Acteurs et Usages), basée à l’antenne régionale d’INRAE-Montpellier.

Le stage viendra en appui à la thèse en participant à l’évaluation les performances agronomiques de l’irrigation en aspersion vs goutte-à-goutte enterré en grande culture conduite en conventionnel vs ACS, dans les conditions expérimentales de la plateforme agronomique de Lavalette.

 

Vous serez plus particulièrement en charge de :

  • Décrire les systèmes de culture irrigués,
  • Gérer l’irrigation (suivi des dates et doses),
  • Effectuer un suivi du développement végétatif de la culture (stades phénologiques, indices foliaires, composantes du rendement)
  • Déterminer le pourcentage de levée de la culture,
  • Dénombrer les adventices,
  • Suivre la dégradation des résidus de couverts d’hiver,
  • Réaliser des analyses comparatives de données de développement de la culture, de salissement des parcelles, etc. enregistrées en cours de stage sur les différentes modalités des systèmes de culture irrigués (conventionnel vs ACS et aspersion vs goutte-à-goutte enterré) sur Lavalette

 

Vous serez également amené à contribuer à la réalisation des travaux de terrain :

  • Installation d’équipements pour le suivi des flux d’eau,
  • Mesures de propriétés du sol qui aideront à l’interprétation des résultats (densité apparente, résistance à la pénétration, reliquats d’azote, entre autres)

 

Conditions particulières d’activité : tâches physiques de terrain (mise en place des équipements hydrotensiométriques, travaux dans les champs, horaires de travail décalés certains jours pour les mesures d'indice foliaire).

 

Profil recherché :

  • Formation recommandée : Master 1 en agronomie, ou césure
  • Connaissances souhaitées : systèmes conduits en agro-écologie, irrigation
  • Aptitudes recherchées : goût pour le travail en équipe (encadrants et autres stagiaires présents sur la plateforme agronomique) ; goût prononcé et aptitude pour les travaux de terrain ; autonomie et rigueur

 

Pour en savoir plus sur l'offre de stage : cliquez ici

 

Pour candidater :

Transmettre une lettre de motivation et un CV à :

 Cyril DEJEAN  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

07 85 58 93 95

Et

Jean-Marie LOPEZ  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

04 67 04 63 65

 

!!! Date limite pour postuler : 31/12/2022

 

 

 

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche rassemblant une communauté de travail de 12 000 personnes, avec plus de 200 unités de recherche et 42 unités expérimentales implantées dans toute la France.

 

Vous serez accueilli(e) au sein de l’équipe OPTIMISTE (Optimisation du Pilotage et des Technologies d’Irrigation – Optimisation des Intrants, Transferts et Environnementaux) de l’UMR G-EAU (Gestion de l’Eau, Acteurs et Usages), basée à l’antenne régionale d’INRAE-Montpellier.

Le stage s’inscrit dans le cadre du projet pilote sur la transition agroécologique et l’adaptation au changement climatique des systèmes de production du piment d’Espelette. Le projet est conduit par le Syndicat des Producteurs de Piment d’Espelette (SPPE) en partenariat avec la Chambre d’Agriculture des Pyrénées Atlantiques (CA64) et INRAE-Montpellier.

 

L’objectif du stage proposé est double :

  • D’une part, il porte sur la détermination des coefficients culturaux (kc) de la variété Gorria via un essai hors-sol sous serre climatisée de Lavalette à travers une batterie de mini-lysimètres dans lesquels des plants de piment se développeront en conditions optimales de température et d’humidité de l’air et d’alimentation hydrique. Les mini-lysimètres seront instrumentés de manière à assurer en continu un suivi hydrique des plants de piment,
  • D’autre part, il porte sur les performances de l’irrigation localisée en goutte-à-goutte de surface (GGS) sur le développement végétatif et la production de la variété Gorria via un essai de plein champ réalisé dans les conditions pédoclimatiques de la plate-forme agronomique de Lavalette (Montpellier).

 

Vous serez plus particulièrement en charge de :

  • La mise en place et le suivi agronomique des essais conduits hors-sol sous serre climatisée sur six mini-lysimètres et en plein champ sur une mini-parcelle de piments irrigués en GGS,
  • L’instrumentation des dispositifs,
  • Le suivi du développement végétatif (stades végétatifs, indices foliaires, composantes du rendement), des irrigations (pression de fonctionnement, volumes d’eau appliqués, temps d’arrosage) et des conditions d’alimentation hydrique de la culture (tension en eau et humidité volumique du sol).

 

Conditions particulières d’activité :

  • Tâches physiques de terrain (mise en place des équipements hydrotensiométriques, travaux dans les champs, horaires de travail décalés certains jours pour les mesures d'indice foliaire),
  • Un ou deux déplacements avec l’équipe OPTIMISTE du projet sur le site expérimental d’Espelette dans les Pyrénées Atlantiques

 

Profil recherché

  • Formation recommandée : Master 1 en agronomie, ou césure
  • Connaissances souhaitées : systèmes conduits en agriculture de conservation, irrigation
  • Aptitudes recherchées : goût pour le travail en équipe (encadrants et autres stagiaires présents sur la plateforme agronomique) ; goût prononcé et aptitude pour les travaux de terrain ; autonomie et rigueur

 

Pour en savoir plus sur l'offre de stage : cliquez ici

 

Candidature

Transmettre une lettre de motivation et un CV à :

 Cyril DEJEAN  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

07 85 58 93 95

Et

Jean-Marie LOPEZ  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

04 67 04 63 65

 

!!! Date limite pour postuler : 31/12/2022

 

Marcela Brugnach (Professeur au BC3 Bilbao, https://www.bc3research.org/marcela_brugnach), est accueillie à G-Eau comme chercheuse invitée pendant la période 14/11/2022 - 23/12/2022.

Marcela est spécialiste de l’analyse des relations au sein d’un groupe et développe au sein de l’équipe PRECOS et en collaboration avec le Laboratoire d’Economie Expérimentale de Montpellier un protocole pour une expérience sur l'impact des relations dans un groupe sur son management d'une ressource commune comme l’eau.

Contexte scientifique
En Occitanie, l’eau est une ressource critique pour l’agriculture. Le changement climatique renforce cet état de fait, avec des probabilités plus fortes d’occurrence d’épisodes de sécheresse, comme vécus ces derniers étés. En permettant de réduire le stress hydrique des cultures, l’irrigation fait partie des moyens d’adaptation possibles, en partie soutenus par les autorités locales. Cependant, même dans les zones irriguées, la pression sur l’eau est accrue en périodes de sécheresse, du fait de plus forts besoins des cultures et, en parallèle, de ressources plus limitées.

Ce stage s’inscrit dans le cadre du projet TETRAE TAI-OC (Transition Agroécologique et Irrigation en Occitanie), dont l’objectif est d’instruire la question de l’irrigation dans une perspective de transition agroécologique de l’agriculture occitane.

Objectifs de l’étude et modalités de réalisation
En se basant sur l’analyse des forces et faiblesses du jeu RSEAU, l’objectif de ce stage est de contribuer à identifier les spécifications d’un jeu sérieux qui permettrait de contribuer à l’accompagnement de la transition agroécologique dans les systèmes irrigués.

 

!!! Pour en savoir plus sur les contexte et objectifs : téléchargez le document

 

Profil du candidat
Etudiant de formation agronomique en fin d’études d’ingénieur/Master 2, ayant une expérience en entretiens semi-directifs et qualitatifs et en analyse de données, y compris qualitatives.
Permis B obligatoire.


Encadrement, lieu d’accueil et conditions matérielles
Responsables : L. Lhuissier (CACG), L. Hossard (INRAE, UMR Innovation) & D. Burger-Leenhardt (INRAE, UMR G-Eau)

Lieu : CACG, BP, 449 Chem. de Lalette, 65000 Tarbes
Déplacements fréquents sur la zone d’étude (Occitanie), pris en charge par le projet (permis B obligatoire).

Durée et période : 6 mois, début mars-avril 2023.

Rémunération : 1000 € brut mensuel

Modalités de candidature
Envoyer CV et lettre de motivation à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Alix Bartoli soutiendra très prochainement ses travaux de thèse intitulés "Etude de l'atomisation d'un jet en rotation pour des applications agricoles"

La soutenance aura lieu le jeudi 17 novembre 2022 à 14h à la fois en présentiel à l'amphi Jacques Alliot, bâtiment 4, Site du Cirad, Campus de Lavalette et aussi en visioconférence avec le lien et les instructions ci-dessous.

 

Membres du Jury :

Madame Jeanne MALET, Ingénieur de recherche, IRSN Saclay, France.(Rapporteure)
Monsieur Laurent APRIN, Professeur, IMT Mines Alès, France.(Rapporteur)
Madame Muriel AMIELH, Chargée de Recherche, CNRS, IRPHE, France.(Examinatrice)
Monsieur Fabien ANSELMET, Professeur des universités, Ecole Centrale de Marseille, France.(Directeur de thèse)
Madame Séverine TOMAS, Ingénieur de recherche, INRAE Montpellier, France.(Co-directrice)
Madame Véronique ROIG, Professeur, INP Toulouse, IMFT, France.(Examinatrice)
Monsieur Bruno MOLLE, Ingénieur de recherche, INRAE Montpellier. (Invité)
Monsieur Jean-Jacques LASSERRE, Dantec Dynamics, Nozay (Invité)
 
Résumé :

Les jets en rotation sont omniprésents dans le domaine de l'irrigation en agriculture. On peut les observer en sortie de micro-asperseurs avec des déflecteurs rotatifs. Pourtant les mécanismes d'atomisation qui sont en jeu dans ce type d’atomiseur sont peu étudiés et par conséquent méconnus. En agriculture, des risques sanitaires et des manquements à l'efficience sont rencontrés à cause de la dispersion des gouttes générées par l'atomisation d'un jet liquide. Cette étude a pour objectif le développement, avec un partenaire industriel, d'un prototype de micro-asperseur limitant les phénomènes de dérive et de ruissellement, qui utiliserait des produits de biocontrôle. Afin de mener à bien ce projet, une installation expérimentale de laboratoire avec une méthode d'ombroscopie combinée avec la DTV (Droplet Tracking Velocimetry) a été élaborée pour observer la fragmentation d'un jet liquide avec différentes vitesses angulaires.

En premier lieu, nous avons observé l'atomisation d'un jet turbulent expulsé par une buse circulaire avec différentes vitesses de rotation contrôlées par un moteur. L'étirement du jet causé par la rotation provoque la diminution de l'épaisseur du cœur liquide. Conjointement, les forces aérodynamiques liées à la vitesse résultante du jet, de part sa rotation, vont favoriser la diminution du diamètre moyen des gouttes.

En second lieu, une expérimentation a été réalisée sur des prototypes de micro-asperseurs dont la vitesse de rotation est intrinsèquement liée à la géométrie du déflecteur et au débit volumique. La fabrication rapide des prototypes avec une imprimante 3D nous a permis de réaliser une étude paramétrique sur 70 configurations. La morphologie du jet est étudiée en regards des paramètres géométriques pour une prédiction du diamètre moyen des gouttes. Une classification des régimes d'atomisation primaire a été réalisée en fonction du nombre de Weber aérodynamique. On observe que le régime d'atomisation de transition permet d'éviter les phénomènes de dispersion liés à la distribution de la taille des gouttes dans le cas des micro-asperseur.

Finalement, une perspective de simulation numérique d’un jet en rotation a aussi été abordée. 


Abstract:
Rotating jets are ubiquitous in agricultural irrigation. They can be observed at the outlet of micro-sprinklers with rotating deflectors. However, the atomisation mechanisms involved in this type of sprayer are poorly studied and therefore not well understood. In agriculture, health risks and inefficiencies are encountered due to the dispersion of drops generated by the atomisation of a liquid jet.The objective of this study is to develop, with an industrial partner, a prototype of a micro-sprinkler limiting the phenomena of drift and runoff, which would use biocontrol products. In order to carry out this project, an experimental laboratory set-up with a shadowgraphy method combined with DTV (Droplet Tracking Velocimetry) was developed to observe the fragmentation of a liquid jet with different angular velocities.

First, we observed the atomisation of a turbulent jet expelled by a circular nozzle with different angular velocity controlled by a motor. The stretching of the jet caused by the rotation results in a decrease in the thickness of the liquid core. At the same time, the aerodynamic forces linked to the resulting velocity of the jet, due to its rotation, will favour the decrease of the average diameter of the drops.

Secondly, an experiment was carried out on prototype micro-sprinklers whose angular velocity is intrinsically linked to the geometry of the deflector and the volume flow rate. The rapid manufacture of prototypes with a 3D printer enabled us to carry out a parametric study on 70 configurations. The morphology of the jet is studied with respect to the geometrical parameters for a prediction of the average diameter of the drops. A classification of the primary atomisation regimes was carried out according to the aerodynamic Weber number. It is observed that the transition atomisation regime avoids the dispersion phenomena related to the droplet size distribution in the case of micro-sprinklers.

Finally, a perspective of numerical simulation of a rotating jet was also discussed.

 

Lien visio :

https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3ameeting_N2FjZGRlYmEtZmI5ZC00YTFkLWEyMTAtZDM1NmYxY2I5ZDk1%40thread.v2/0?context=%7B%22Tid%22%3A%2260af5f90-e3b4-47d6-8c8e-e6d6d2b117b9%22%2C%22Oid%22%3A%22a93e1498-ed74-4b40-85d5-419e4acfabbd%22%2C%22IsBroadcastMeeting%22%3Atrue%2C%22role%22%3A%22a%22%7D&btype=a&role=a 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Info de connexion pour le public extérieur au Cirad : Pour vous connecter a la retransmission de la conférence

  1. Cliquer sur le lien ci-dessus
  2. Vous arrivez sur l’écran de connexion, sur le  popup ouvrir Microsoft Teams cliquer sur le bouton Annuler
  3. Cliquer ensuite sur le bouton Regarder sur le web a la place
  4. Vous arrivez sur l’écran de bienvenue de l’évènement ne pas cliquer sur connexion
  5. Toujours sur l’écran de bienvenue de l’événement cliquer sur : Participer de manière anonyme

Le 25 novembre 2022 à 11h, Martina GARCIA DE CEZAR a présenté ses travaux sur le thème : "Atténuer les îlots de chaleur par une irrigation optimale de la végétation urbaine : approche expérimentale et numérique"

 

Résumé :

Les projections pour l'année 2100 montrent une augmentation potentielle des températures moyennes terrestres de 1.5 à 2°C, accompagnée d'une augmentation de la fréquence et de l'intensité des vagues de chaleur (IPCC 2018). Ces scénarios climatiques appellent à l'adaptation et à la mise en œuvre de solutions permettant la thermorégulation urbaine. Dans ce contexte, la thèse a pour objectif de documenter, analyser et modéliser la capacité des différentes stratégies d'irrigation et de végétalisation urbaines à modifier l'indice de confort thermique (mesure du ressenti, combinant température, humidité de l'air et exposition aux rayons du soleil). On se concentrera sur l'échelle (microclimatique) du canyon urbain, conformément la Figure 1, en abordant également l'échelle inférieure (voisinage immédiat de la végétation) voire l'échelle supérieure (advection des flux dans la ville). On se propose de décrire le système urbain substrat-plante-atmosphère de manière intégrale et explicite : cartographier les flux d’air, de chaleur et d’eau, optimiser l'apport d'eau qui conditionne la réponse des plantes donc l'impact sur l'environnement, en étant un des leviers de la thermorégulation de la ville.

 

Cette caractérisation s’appuiera sur le développement d’une modélisation multi-échelle et d’une étude expérimentale. L’approche numérique est basée sur le couplage bidirectionnel de deux logiciels : Optirrig (UMR G-Eau, modèle de culture et gestion de l’eau) et un modèle de dynamique des fluides (CFD, Computational Fluid Dynamics), algorithme de haute résolution qui permet la modélisation multi-physique (radiatif, thermique, aéraulique). L’approche expérimentale repose sur deux dispositifs pour comprendre les mécanismes et initialiser/valider de l’approche numérique : (i) un pilote de canyon urbain, simple mais équipé de très nombreux capteurs (site de Lavalette, Montpellier, construit dans le cadre de cette thèse) et (ii) sites réels, avec moins d'instrumentation (sites partenaires).

Le modèle couplé construit (conformément la Figure 2) permettra d’aider à la prise de décision en matière de choix de végétalisation des villes, suivant diverses contraintes hydrauliques, thermiques, énergétiques et esthétiques pour contribuer à construire des villes plus résilientes. 

 

fig1 garcia de cezarFigure 1 Exemple de canyon urbain et des éléments qui interagissent dans la zone d'étude (différents types de matériaux et de géométries, échanges thermiques naturels et artificiels et  les conditions microclimatiques locales)

 

 

 

 

fig2 garcia de cezarFigure 2 Schéma du modèle numérique proposé, utilisant le logiciel Optirrig et une logiciel du type CFD

 

Le 18 novembre 2022 à 11h, Yassine Khardi présentera ses travaux sur le thème "Les innovations liées à l’irrigation dans les oasis de Todgha - Maroc"

La présentation aura lieu à la fois en présentiel sur le Campus de l'Institut Agro La Gaillarde (salle 215 - Bât. 11) et en distanciel via le lien ci-après :

https://institut-agro.zoom.us/j/94544744703?pwd=bzJJUVFMMnlmTWcwaExQVFNXdUpCZz09

ID de réunion : 945 4474 4703
Code secret : ?2wSmiK=

Paramètre pour la salle 11/215 :

213.19.144.110 (Amsterdam Pays-Bas)

Code secret : 17231292
ID de réunion : 945 4474 4703

---------------------------

Résumé :

Situé au Sud-Est marocain, le bassin de Todgha s’étale sur une superficie de 4800km2. Ce bassin est caractérisé par un climat présaharien, la pluviométrie moyenne annuelle est d’environ 130mm. Les écoulements de surfaces sont majoritairement captés à l’amont de ce bassin pour l’irrigation. Les crues n’atteignent l’aval du bassin qu’après des averses importantes.

 

L’agriculture oasienne était traditionnellement basée sur les eaux des « Khettaras », des « Aghrour » el la dérivation des eaux des oueds moyennant les digues fusibles « Ougoug ».  Cette irrigation est effectuée de manière gravitaire par des tours d’eau. A partir des années 80’, la zone a connu une exploitation croissante des eaux souterraines par pompage dans des extensions agricoles. Ces extensions ont été créées initialement grâce à l’investissement par des fonds issus de l’émigration, puis par l’encouragement des pouvoirs publics.

 

De nos jours, les ressources en eau souterraine connaissent une pression importante. Cette situation a poussé certains agriculteurs à innover pour renforcer les apports en eau de leurs parcelles (oasis traditionnelles et extensions agricoles). Après un diagnostic des innovations liées à l’irrigation sur tout le bassin, deux innovations ont été analysées et étudiées de manière approfondie à savoir la recharge de la nappe à l’échelle de l’exploitation agricole et le pompage solaire pour renforcer les khettaras (khettara solaire). 

photo1 web Photo d’une exploitation agricole à base des eaux souterraines et des eaux des crues pour l’irrigation et la recharge de la nappe. 

 

 

 

 

 

photo2 webPhoto d’une oasis traditionnelle alimentée par la Khettara

 

 

 

 

Venez nombreux !

 

La gestion de la ressource en eau souterraine dans un territoire nécessite d’identifier les masses d’eau souterraine et leurs modalités de recharge et d’écoulement. En domaine carbonaté karstique, la tâche est compliquée par la présence des zones transmissives qui favorisent le transfert rapide dans les différents compartiments du karst. À l’échelle d’un hydrosystème, les grandes structures géologiques (chevauchements, failles, faciès) et géomorphologiques ou karstologiques (vallées, poljés) impactent également les écoulements. Dans ce contexte, l’hydrogéochimie permet d’établir la signature des masses d’eau en fonction de l’origine de l’eau, des roches traversées et des activités humaines. Toutefois, en Basse-Provence calcaire, l’histoire géologique depuis l’Oligocène a permis le dépôt de sédiments continentaux et marins au sein des structures karstiques, susceptibles de perturber le signal chimique acquis par l’eau.

Dans cette thèse il est proposé d’étudier l’hydrogéologie du bassin versant de la rivière Huveaune, en partie commun au bassin versant des sources sous-marines de Port-Miou (Cassis). Cette zone referme une ressource en eau définie comme stratégique par l’Agence de l’Eau, à proximité de la métropole Marseillaise. L’approche choisie repose sur plusieurs méthodes d’investigation complémentaires sur des forages, des eaux de surface et des sources. En incluant des forages dans l’analyse, il est ainsi possible d’améliorer la distribution spatiale des points d’observations et d’échantillonnage de l’eau, et de réaliser des essais de pompage pour tester l’aquifère en complément de l’approche hydrogéochimique.

L’interprétation d’essai de pompage par la méthode des dérivées (ou diagnostic plot), couplée à la modélisation des écoulements à l’aide de solutions analytiques a mis en évidence le caractère non univoque de l’interprétation, améliorée par la prise en compte du contexte géologique. L’analyse hydrogéochimique multi-traceurs s’est appuyé sur des prélèvements mensuels d’eau sur des sources karstiques, forages, rivières et canaux sur la période 2018 à 2021, ainsi qu’un suivi mensuel des précipitations.

  

Mots clés : Diagnostic de puits, traceurs naturels, intrusion saline, pluie efficace, isotopes stables de l’eau, karst, ressource en eau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source Saint-Pons, Gémenos (13)
B. Arfib, 11/12/2018

Les systèmes karstiques, se caractérisent par la présence d’un ensemble complexe de drains souterrains connectés qui contrôlent fortement les écoulements de fluides dans le massif. Comprendre et modéliser leur fonctionnement hydrogéologique nécessite donc d’intégrer le réseau karstique dans la simulation d’écoulement.
Les Calcaires du Barrois sont marqués par une importante karstification et font l’objet d’un programme de caractérisation mené conjointement par le BRGM et l’ANDRA. L’abondance de données déjà disponibles, complétées par celles qui seront acquises prochainement, constitue donc une réelle opportunité d’identifier et de développer une approche de simulation stochastique de réseaux karstiques qui intègre un maximum de contraintes géologiques et hydrogéologiques. La cohérence intrinsèque de ces contraintes d’entrée sera garantie par la construction d’un modèle conceptuel intégrateur selon la méthodologie KARSYS (Jeannin et al., 2013). L’objectif des travaux sera de générer un ensemble de géométries possibles du réseau karstique du Barrois, qui respecte les informations géologiques et données de terrain.

Même si les informations sont nombreuses, le système ne peut être connu exactement et l’un des enjeux scientifiques de ce travail sera de proposer une approche qui permette de mieux embrasser la diversité des possibles (donc de générer plusieurs géométries équiprobables) tout en exploitant au maximum les informations de terrain pour réduire ce domaine des possibles (et donc éliminer les configurations incohérentes avec les observations). Le couplage avec les modèles de simulation d’écoulement pourra être réalisé en s’appuyant sur les modèles numériques qui seront mis en œuvre à différentes échelles dans le cadre du projet d’étude des Calcaires du Barrois. Ces différents couplages permettront d’inscrire l’approche de génération de réseaux karstiques dans une boucle globale d’inversion.

 

Mots clés : karst, réseau, stochastique, simulation, Calcaires du Barrois

 

 

 

Page 2 sur 40
APT Logo fra      logo brgm web frlogo inraeLogo Institut Agro Mpl petit

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer