Les systèmes agricoles à l’échelle mondiale, et en particulier en Tunisie, sont soumis à plusieurs contraintes d’ordre naturel et anthropique. En réponse à ces contraintes, les pratiques agroécologiques sont parmi les solutions les plus adaptées aux contextes spécifiques des milieux.

Le 28 octobre 2022 à 11h, Laurent RUIZ, IR INRAE (UMR SAS, Rennes), co-directeur de l’IRP CEFIRSE (Cellule Franco-Indienne de Recherche en Sciences de l’Eau, Indian Institute of Science, Bangalore, Inde), a présenté ses travaux intitulés "Accompagner l’adaptation de l'agriculture irriguée au changement climatique en Inde du Sud".

 

Résumé :

inde ruiz © Forage équipé d’une pompe immergée, Inde du Sud (Crédit M. Sekhar)

 

L'Inde est un cas extrême de la dépendance de l’agriculture à l’irrigation par les eaux souterraines. Un des axes de recherche de la CEFIRSE est d’accompagner l’adaptation de l'agriculture au changement climatique, en combinant des observations long terme pour caractériser et étudier les processus en jeu dans les agro-hydrosystemes, la conception de modèles intégrés et une approche participative pour concevoir et évaluer des scénarios d’adaptation.

L’exposé sera illustré par certains résultats marquants du projet ANR ATCHA (2017-2022), qui s’est attaché à étudier le bassin versant agricole de Berambadi (84 km²; SNO M-Tropics, IR OZCAR) de façon pluridisciplinaire (science du sol, télédétection, hydrologie, géochimie, agronomie, économie, géographie, sociologie). Le projet a en particulier montré que l’augmentation des prélèvements d’eau par les forages agricoles a induit non pas une baisse tendancielle du stock d’eau souterraine, mais plutôt une forte augmentation de ses variations spatiales et temporelles (saisonnières et interannuelles) – et une forte dégradation de sa qualité chimique. Il a également permis de caractériser la grande diversité des adaptations (en particulier l’adaptation des choix de culture) mises en œuvre par les agriculteurs en réponse à l’augmentation de la variabilité de la disponibilité de la ressource en eau.  Le projet a permis de produire une « suite de modèles » prenant en compte ces interactions entre ressource et pratiques agricoles, comprenant des outils heuristiques et des outils d’aide à la décision pour les acteurs partenaires du projet (agriculteurs, décideurs).

Ce cas d’étude illustre la nécessité de dépasser le concept « d’impacts » des activités agricoles sur l’environnement pour considérer les rétroactions gouvernant le fonctionnement des socio-hydrosystèmes.  

 

Venez nombreux !

Le 21 octobre 2022 à 11h, Hugo Vosila (projet GOETHE) nous a présenté ses travaux intitulés "L’inscription des pollutions diffuses d’origine agricole à l’agenda politique local dans la lutte contre l’eutrophisation de l’étang de l’Or".

 

Résumé :

La lagune de l’étang de l’Or, située à l’Est de Montpellier est parfois dépeinte comme la lagune la plus dégradée de l’ancienne région Languedoc Roussillon notamment en raison de son état écologique médiocre. Située en aval d’un bassin versant fortement artificialisé, marqué par une urbanisation croissante et une activité agricole diversifiée mais également largement intensive, l’amélioration de la qualité de l’eau de l’étang de l’Or semble souffrir d’une forme d’inertie, avec une classification en mauvais état DCE persistante au fil des années. Dans le cadre du projet de recherche GOETHE (« Gouverner les bassins côtiers méditerranéens pour mieux lutter contre l’eutrophisation des lagunes et engager leur restauration écologique », coordination Magalie Bourblanc) et financé par la KIM Waters MUSE, une attention particulière a été portée aux causes agricoles de l’eutrophisation de la lagune et aux conditions d’inscription de cette problématique environnementale à l’agenda politique local pour les différentes instances gestionnaires sur le territoire. La présentation retracera l’ambition initiale du projet de recherche qui cherchait à déchiffrer les mécanismes de mise à l’agenda des causes agricoles de l’eutrophisation de l’étang de l’Or, l’approche méthodologique adoptée, les principaux résultats de l’étude empirique et les difficultés rencontrées. Ainsi, si la structuration territoriale du bassin versant peine à placer la lagune au centre d’un projet de reconquête de qualité de l’eau, certaines obligations réglementaires européennes (DCE, Directive Nitrates) imposent une amélioration de l’état de l’étang de l’Or qui, dans une certaine mesure, ont pu contraindre les activités agricoles du bassin. Cependant, articulées au sein de stratégies territoriales distinctes sur le bassin versant, elles n’abordent pas frontalement la question de l’eutrophisation, ni les activités agricoles qui y contribuent. C’est la tenue – tardive – d’études et de campagnes scientifiques qui a permis d’établir un diagnostic ciblant l’eutrophisation comme problématique centrale sur la lagune, et d’esquisser une identification des sources d’apports de nutriments sur le bassin versant qui pointe entre autres le rôle de l’agriculture. A ce titre, l’évaluation scientifique des apports polluants semble avoir joué un rôle crucial au cœur de la mise à l’agenda.

 

Vendredi 14 octobre 2022 à 11h00, Hind Sabri nous a présenté ses travaux intiutlés "Water, Power and Heritage in the Mediterranean Which water management model in the face of climate change? The hinterland of Nice (South-East of France) and the Western High Atlas of Morocco"

Crise de l’eau : les solutions se jouent à l’échelle des territoires

L'UMR G-EAU a contribué au dernier rapport de la FAO sur l’état des ressources en terres et en eau à travers un rapport technique sur l’impact de la crise de l’eau sur la petite agriculture dans le monde. Le document, qui vient d’être publié par la FAO, dresse un ensemble de recommandations autour de politiques publiques ciblées, adaptées aux territoires et multisectorielles. Les scientifiques plaident également pour le développement de l’agroécologie en systèmes irrigués.

 

Pour en savoir plus : https://www.cirad.fr/espace-presse/communiques-de-presse/2022/rapport-technique-fao-sur-la-crise-de-l-eau

Lire le rapport : Enabling institutional environments conducive to livelihood improvement and adapted investments in sustainable land and water uses

 

Vendredi 16 septembre 2022 à 11h00, Christina Orieschnig a présenté ses travaux intitulés "Exploiter la télédétection, les enquêtes de terrain et la modélisation numérique pour comprendre le système Prek du delta du Mékong cambodgien - des processus hydrologiques aux services écosystémiques".

Résumé :

preks © Photo : C. Orieschnig, IRD

 

Les Preks sont une partie caractéristique du delta du Mékong au Cambodge. Il s'agit de grands canaux trapézoïdaux qui relient le cours principal du fleuve à ses berges inondables en ouvrant des brèches dans les berges élevées du fleuve. Construits à l'origine pendant la période du protectorat français, ils avaient pour but de faciliter le dépôt de sédiments pendant les inondations annuelles de la mousson et d'élever les terres. Aujourd'hui, ils remplissent divers rôles, dont celui crucial de fournir de l'eau d'irrigation pendant la saison sèche. Ces dernières années, les projets de réhabilitation de Prek ont visé à améliorer leurs fonctionnalités après des années de manque d'entretien, afin d'accroître la résilience des communautés agricoles de la région face au changement climatique et à la production hydroélectrique en amont.

Dans mon travail, je cherche à caractériser les changements actuels des processus hydrologiques dans le delta du Mékong cambodgien, et à évaluer leurs impacts sur les communautés agricoles. Je cherche également à mieux comprendre le rôle des Preks dans la fourniture de services écosystémiques et à déterminer les stratégies de réhabilitées les plus efficaces. Dans cette présentation, j'exposerai les résultats de mon travail, qui a fait appel à des recherches archivistiques, à des entretiens sur le terrain avec des agriculteurs et des chefs de village, à des approches de télédétection sur la plateforme informatique en nuage Google Earth Engine, à des analyses statistiques de séries chronologiques de niveaux d'eau et à un modèle éco-hydrologique construit en Python pour simuler des scénarios.

 02759HDQ_Irrigation.jpgChapitre 1. Gestion stratégique de l’irrigation à l’échelle du territoire et de l’exploitation agricole

Les Projets de Territoire pour la Gestion de l’Eau

→ Les Collectifs d’irrigants et la gestion des réseaux collectifs [A venir]

Chapitre 2. Gestion tactique de l’irrigation à l’échelle de la parcelle

Exemples de calendriers d’irrigation prévisionnels de cultures annuelles dans des différents contextes de climats et de volumes disponibles

Chapitre 3. Installations de pompage

→ Abaques de Moody 

Outil pour calcul des pertes de charge dans les conduites sous pression (Cassiopée - Modules de calcul d'hydraulique)

Cours d'hydraulique pour le génie rural

Chapitre 5. Irrigation localisée ou micro-irrigation

Outil pour calcul de l’équivalent pluie du goutte-à-goutte

Chapitre 6. Irrigation gravitaire

Méthode d’estimation du débit avec des seuils à paroi mince

Méthode d’estimation de la dose maximale d’irrigation

Trans-irrigation

Chapitre 7. Efficience de l’irrigation en eau et en énergie

Comparaison des coûts et impacts de l’énergie électrique et thermique

 

 

Page 3 sur 40
APT Logo fra      logo brgm web frlogo inraeLogo Institut Agro Mpl petit

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer